Partagez | 
 

 Débat : qu'est ce que c'est être artiste professionnel et qu'est ce que ça implique?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pegase Spe 4PU M + W
Pegase Spe 4PU M + W
Messages : 914
Date d'inscription : 03/04/2016
Age : 30

Feuille de personnage
Talent: Storm Master
Rang: S
Faction: Cloudsdale
Ven 10 Nov - 20:33

J'aimerai parler d'un sujet qui me tient à coeur... qu'est ce que c'est être artiste professionnel et qu'est ce que ça implique?

Depuis un mois je vois fleurir sur des groupes de fandom, mais aussi des pages très inintéressantes comme pigeon gratuit et des pages de dessin, des débats qui dénoncent nos conditions de travail.

On a dans ce debat deux écoles qui s'affrontent. On a d'un côté les amateurs* qui ne sont pas professionnels n'ont parfois ni diplôme en art, ni la majorité et dessinent pour le plaisir ou s'entrainer. Et d'un autre on a les professionnels qui, eux, ont fait de leur talent, de leur don, de leur passion un métier qui devrait pouvoir les faire vivre.

Mais alors où est le problème? Il faut bien commencer quelque part, non? Oui. On commence tous en gribouillage, en s'entrainant pour progresser, qu'on veuille en faire son métier ou pas. Comme ici :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10154456769662961&id=519302960

Mais donc où est-ce que ça gêne? Et bien c'est lorsque les amateurs viennent empiéter sur le terrain des professionnels. A celà il y a plusieurs cas de figure:

1/ un amateur fait des dessins gratuits à des gens sur les groupes fb.

Alors oui, il n y a rien de mal me direz vous et je dirais oui mais en petit comité privé seulement. Un dessinateur debutant, sous couvert de s'entrainer peut dessiner pour lui, sur ses projets ou pour de proches amis. Mais dès qu'il vient faire sa promotion pour attirer de l'attention sur lui et son travail en faisant des dessins gratuits à tour de bras, il risque non seulement d'ôter le pain de la bouche d'un professionnel qui aurait pu faire cette commission et manger avec, mais il véhicule aussi le dangereux message qui dit: " le dessin n'est pas un vrai métier et est un acte de gratuité absolue ne meritant ni salaire ni d être pris au sérieux. "

Je vous invite à écouter l histoire de ce boulanger qui ouvre une boulangerie après avoir fait des études. Il s'est beaucoup entraîné chez lui et lors de sa formation pour avoir son diplôme, dans les règles de l'art, et peut enfin vivre du fruit de son travail.

Tout va bien, la clientèle découvre avec plaisir le nouveau commerce bien utile et le boulanger mange à sa faim.

Un jour, un petit étal digne d un stand de limonade s'installe juste en face. Il propose les mêmes produits, peut être de moins bonne qualité cela dit. Mais il les propose gratuitement et ça reste bon en goût. Et lorsque le boulanger proteste, l amateur lui rit au nez en se protegeant derrière le fait qu il s entraine et qu il ne peut pas le chasser, en ayant pas le droit.

Le consommateur délaisse alors la vraie boulangerie car entre la qualité payante et un produit tout comme gratuit,le client cherchera le profit et ne restera pas fidèle au commerce. Oh biensur il y aura une petite poignée de de clients fidèles, mais ça ne suffira pas pour que le boulanger puisse vivre... et il ferme boutique.

L amateur d'en face, tout content, a deux choix. Continuer son stand gratuit pour la beauté de l'art ... la fermeture de la boulangerie ne l'a pas affecté et il ne s'en ai peut être même pas rendu compte. Ou, se servir de son "entrainement" pour lui même devenir boulanger!

Tout content, il valide ses acquis et ouvre sa boulangerie... mais pas un client... ces derniers refusent de payer pour ce qui était gratuit avant et vont trouver leur bonheur sur l étal d en face, ouvert par un nouvel amateur.

Voyez vous la moralité de cette histoire?

un amateur a écrit:
Etant dessinateur amateur je me sens concerner par ce que tu dis bien que j'ai plus l'impression que tu parle de commission pour entreprise ou autre. Mais faut voir un autre coté, la majorité de ceux sur internet sont des jeune qui n'ont pas forcément 20 euros dans la poche donc c'est pas étonnant qu'il se jette directement sur ce qui est gratuit.
Et petite aparté je pense que tout diplôme lié à l'art surtout à l'aube d'internet n'aura plus aucune valeur, faut voir le nombre d'artiste talentueux qui n'ont pas fait d'études mais après ce n'est que mon point de vue.

Ça ne reste pas une bonne chose. Si un jeune n'a pas 20€ pour un jeu ou un vêtement , tu vas fournir tous les nécessiteux? On rappelle que ces 20€ qu ils n ont pas à mettre dans un dessin ils les ont pour d autres fantaisie.

Tu ne dois rien à ses gens et tu les habitus mal. Si vraiment tu aimes l'art, pourquoi chercher à le détruire? Car oui, les dessins de qualité prennent du temps et si on nous pousse à abandonner notre metier en le détruisant, il y aura de moins en moins de dessin et de moins en moins de qualité car tu n auras pas autant de temps libre pour dessiner une fois adulte avec un travail à temps pleins.

De plus, le matériel coute cher. 1700€ pour une tablette graphique pro. Et les études 12000€pour 3 à 5 ans perdus pour des gens qui ne pourront pas reprendre d'études ni se réorienter et qui seront condamnés à bosser à mac do jusqu'à une retraite qu ils ne toucheront pas. Si on veut d eux.

Et il faut considérer ce qui est le plus important. Sauver un métier ou contenter des profiteurs encouragés par ce genre de fausse bonne action.

2/ les jeunes professionnels qui se laissent exploiter.

Ces derniers offrent leurs services pour 10x moins cher que les autres. Ils font le travail de 4 hommes et sont prêts à tout pour travailler.

On en revient non seulement au détournement de clientèle du boulanger, mais aussi un plus grand danger, proche du message de gratuité.

Elle mène à l'écroulement économique d'un marché car plus il y a de pro qui pratiquent des prix de plus en plus bas, plus les autres devront baisser leurs prix pour rester dans le marché et espérer travailler.

Récemment, un site a fait scandale en proposant à Des artistes pro de prendre des commandes de logo à 5€!! Un logo vaut entre 50 et 200€. Et sur ces 5€ le site prenait une partie pour avoir fait le lien entre le client et l artiste. De plus, les logos proposés etaient parfois louches, on a entendu parler de plagiat, de vols, et j en passe...

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1823364864620450&id=1698941480396123

Et ceux s'étant laissés avoir ne sont pas fiers...

3) les professionels hors art qui ne veulent pas engager les artistes pros et préfèrent faire appel à des particuliers car c'est moins cher.

Incroyable mais vrai! https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1540898432645508&id=100001760997667

Et c'est aussi un danger pour la profession, car ces gens là trouveront toujours quelqu'un pour répondre à l'appel. Un artiste amateur dans la dèche ou un pro prêt à se saborder car aussi dans la dèche.

_mais alors... qu'est qu'on peut faire? Et bien pas grand chose... les règles ne nous protègent pas et ne nous permettent pas de lutter contre la conccurence déloyale, ni les idées reçues sur l exploitation que nous subissons, encore moins sur les idées reçue de gratuité et le mépris de notre metier qui n'en serait pas là. Et le pire, c'est que les vrais pros n'ont rien fait pour en arriver là. Mais avec l'expansion du net à tous, les amateurs sont plus nombreux et noient donc les artistes en véhiculant avec force ce droit à la gratuité et tuant la profession par manque d'empathie et de pragmatisme. Chacun pour sa gueule, et donnant raison aux entreprises souhaitant profiter du noeud coulant autour du cou des artistes pros pour tirer allègrement sur la laisse.

Petit à petit, c'est un métier qui va disparaître... on ne pourra plus prétendre à un salaire pour notre travail.

Mon discours peut paraitre alarmiste, qu.on en est pas encore là. Le problème c'est qu'on y va à grande vitesse et que ce n'est pas lorsqu'on y sera qu'il faudra réagir... se sera trop tard.

Tout ce qu'on peut faire, c'est refuser d'être exploité et éduquer en rabachant toujours ce discours... en expliquant. Et en tapant du poing lorsque c'est nécessaire.

Et vous, qu'en pensez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 342
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 25

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: B
Faction: Earth
Ven 10 Nov - 21:16

J'aimerais te dire ce que j'en sais, malheureusement avec moi les commissions se font aussi rare que les bons présidents.

Mais of course qu'il faut payer les dessins que l'on veut. Ça prend du temps et du coeur à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 180
Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 12
Localisation : MIRABELLE !!!

Feuille de personnage
Talent: Alchimiste
Rang: B
Faction: Earth
Ven 10 Nov - 22:08

Je suis d'accord pour la plupart de ton message. Mais deux petites choses :

- n°1 : Non, les amateurs ne sont pas limités à la famille et aux amis pour s'entraîner. Ils peuvent prendre des commandes, etc. Le truc, c'est qu'il ne faut pas en abuser, surtout sur internet. Internet regroupe bien plus de gens que la brocante de quartier où un amateur va faire trois dessins gratuits, c'est comme un septième continent, il y a trop de monde, et surtout, trop de pros. Simplement, les amateurs doivent se modérer.

- n°2 : Il me semble que, malheureusement, cela ne touche pas que le milieu du dessin. L’écriture par exemple. Les sites genre Fanfition.net ne dérangent pas les auteurs, puisque les métiers de l'écriture sont ou suffisamment rémunérés ou très rarement choisis comme profession (donc, exclusivité de la réalisation de la demande à peu de choses près). Mais si un jour, trop de personnes se tournent vers l'écriture en tant qu'amateurs, ce sera la même chose. Logique.

Voilà, c'est à peu près tout pour moi grin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 91
Date d'inscription : 24/10/2017
Age : 19

Feuille de personnage
Talent: Runomancie.
Rang: S
Faction: Earth
Ven 10 Nov - 22:20

Je comprends totalement ton point de vu, malheureusement, comme tu l'as souligné plusieurs fois, tout ceci est lié à l'expansion d'internet et même de la société j'ai envie de dire !
De plus en plus tournée vers la consommation elle pousse les gens à rechercher la gratuité chez des amateurs opportunistes, et à délaisser des personnes qui travaillent réellement.
Mon père est photographe ... "semi-pro". Fût un temps il gagnait de l'argent grâce à cela, les gens étaient ravis de payer pour ses prestations, même si ce n'était pas donné très honnêtement, les gens étaient contents et faisaient la queue pour cela.
Aujourd'hui, avec l'affluence sur facebook de tous ces photographes amateurs qui prennent 10 euros pour un shooting ( 10 EUROS BORDEL ), mon père se retrouve sans clientèle. Ou alors à réduire ses prix et bosser comme un nègre pour 3 fois rien ... Parce qu'en tant que vrai bon photographe il ne rendra jamais un travail dont il n'est pas fier ... Donc il prend que dal comme sous, mais bosse dessus comme un forcené.
Il n'a jamais fait que de la photographie, mais aujourd'hui il est obligé d'avoir un travail à plein temps, et ne propose quasiment plus du tout de prestations photos, par manque de temps et d'énergie.
Tout ça à cause des amateurs improvisés, qui munis seulement d'un reflex font des photos ( merdiques hein ) mais qui contentent les gens ...
J'ai l'impression que plus ça va plus les hommes se contentent de peu, de moche, nous perdons la notion de beauté, de travail ...
Tout ça pour dire que cette dégringolade concerne beaucoup de métiers de l'artistique et je m'en désole ...
Je ne sais même pas si il nous est possible d'inverser la tendance. Maintenant lorsqu'un artiste annonce ses prix les clients potentiels se détournent immédiatement vers ailleurs ... Comment faire ? C'est un cercle vicieux où les perdants sont toujours les artistes. :(
Mais en même temps il est impossible d'empêcher les amateurs de continuer leurs prestations moins chères, surtout qu'ils sont sollicités par beaucoup de monde !
Est-ce que cela veut dire qu'un artiste doit avoir un travail à côté ? Comme mon père qui s'est finalement résigné car il ne pouvait se permettre de tenter ce pari avec une famille à charge ?
Il a des amis photographe à plein temps, il faut bien avouer qu'ils survivent. Ils sont stressés, en recherche de contrat, de travail ... Ils se tournent vers les grosses boîtes pour des gros projets, mais le reste du temps ... Néant.

J'espère sincèrement que l'humanité reconnaîtra l'importance et la nécessité d'avoir de vrais artistes, parce qu'à l'allure à laquelle nous allons, notre histoire sera vide d'héritage culturel. Il n'y a qu'à voir avec la littérature également, fric fric FRIC. Même les plus illustres récompenses servent aujourd'hui à vendre des livres, les auteurs à succès se contentent de faire ce qui plait, de recommencer le même modèle d'écriture 45 fois en changeant les prénoms des héros. Déchéance. Tout ça pour satisfaire encore et toujours la majorité du peuple, qui se contente de peu, souhaite le moins cher ( oui vive les livres de poches, mais un livre grand format reversera plus à l'auteur ... )

Bref j'ai terminé mon mur des lamentations, mais quand on se lance sur le sujet ... Voilà quoi. x)
Vive les artistes, vive l'art sous toutes ses formes, à bas les voleurs de beauté, luttons pour un monde meilleur  !
C'est tout pour moi. x)

EDIT : Earth Science j'écrivais mon message en même temps que toi, et nous avons pensé à la même chose : pour l'écriture ça va donner pareil et je pense même que c'est déjà le cas. J'utilise moi même Wattpad, mais franchement, voir des bouses sortir de cette plateforme pour faire des millions de ventes ... Ça dégoute quand de bons auteurs ne sont absolument pas mis en avant ... Des pépites se perdent dans les méandres du nombre quand la bouse intergalactique qu’est Phone Play se trouve dans énormément de salons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 180
Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 12
Localisation : MIRABELLE !!!

Feuille de personnage
Talent: Alchimiste
Rang: B
Faction: Earth
Ven 10 Nov - 23:00

Ben, après, je pensait plutôt à de l'écriture à la demande. Une demande personnelle de gens qui payent pour ça. Je connais une ou deux personnes dont c'est le métier, et c'est facile de réussir avec un peu de talent vu le faible nombre de personnes faisant ça. Mais si ça se démocratise, ne serai-ce qu'un peu, on est cuits !

Après, ça peut aider d'avoir des contacts dans le milieu qu'on vise. Si tes parents sont connus pour leurs dessins, tu a des chances d'avoir des projecteurs sur toi très tôt. Ou si tu est connu pour quelque chose, et que tu fais autre chose à côté, cette chose secondaire aura plus de succès que si tu n'avais pas réussi ailleurs.

Par exemple, moi, je n'aurai pas sorti de livre avant trèèèès longtemps, si mon père ne travaillais pas dans une maison d'édition. Là, à dix ans, j'avais sorti un livre.

Autre exemple, les biographies. Le biographies ne marchent que si la personne est connue, on est d'accord. Si, demain, monsieur Jean-René de la Pétaudière sortait une autobiographie, personne ne l’achèterait. Logique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon
Dragon
Messages : 389
Date d'inscription : 18/02/2017
Age : 27

Feuille de personnage
Talent: Discrétion
Rang: S
Faction: Canterlot
Ven 10 Nov - 23:14

@Earth : Je pense que tu te trompe lourdement sur l'écriture. Très peu en vivent, que ce soit au niveau artistiques en tant qu'écrivain ou dans tout ce qui touche au journaliste où généralement tu es payé au mot près pour des petits articles formatés. Il y a bien entendu une poignée de gens qui en vivent un peu, voir, qui gagnent beaucoup d'argent, mais ils sont une poignée, et généralement, ce n'est pas par hasard : c'est soit par pure talent (Comme J.K. Rowling) soit par stratégie (Guillaume Musso par exemple). Quand bien entendu, le livre n'est pas utilisé comme un outil de propagande (Vous aussi, quand vous rentrez dans une librairie, jouez à un jeu : essayez de trouver un livre fait par une personnalité politique qui ne dit pas "Je reviens, aimez moi" ou "Celui là, c'est un gros méchant". Rapidement, vous trouverez la quête de l'Arche Perdu plus facile).
En réalité, ceux qui se font du fric, ce sont les éditeurs ou pour faire simple, les métiers autour de l'écriture, comme le marketing.
L'écrivain, en lui même, est noyé de toute manière par la masse de bouquin sortant chaque mois, entre les 30 bouquins politiques, les 200 histoires policières, les faits divers romancés, les biographies ultra personnelles et spécifiques, et, éventuellement, quelques fictions pures, en majorité destiné à la jeunesse (je dis bien, en majorité, hein, il y a bien entendu des oeuvres pour les adultes tout ça, mais comparez en librairie, c'est très intéressant mine de rien). Et bien entendu, il y a tout un tas d'autre livres, mais, l'idée à conserver, c'est qu'on ne peut même plus parler de compétitivité, ça va bien plus loin.
Etant donné que tout les éditeurs avancent de moins en moins les frais d'édition en plus, être écrivain est l'un des rares métiers même où pour pouvoir travailler, tu dois avancer de ta poche pour tout un tas de choses sans avoir forcément un retour sur investissement... et donc en sommes, comme tout un tas d'entrepreneur plus terre à terre, tu dois limite payer pour pouvoir travailler.

Et c'est ce qui risque d'arriver, en plus des cris d'alarmes soulevés par Wicca et Dormin, les artistes de tout horizons et toutes disciplines, en plus d'être très mal considérés (Parce que pour beaucoup de gens, si vous ne gagnez pas d'argent en faisant une activité, c'est que ce n'est pas du travail), devront ouvrir le porte-feuille pour pouvoir exercer leur activités (quand ce n'est pas déjà le cas) dans le sens où les dépenses sont excédentaires aux rentrées d'argent. Et du coup, effectivement, quand des gens proposent des services ou du contenu gratuit ou quasi-gratuit, on est encore moins bien considérés.

Mais après, est ce que l'on peut taper sur les doigts de ces "fautifs" ? Oui et non.
Oui, on peut, car certains cherchent la gloire plus que la prouesse artistique, et finissent par utiliser tout les moyens disponibles pour y accéder. La gratuité en est une mais n'est pas forcément une mauvaise chose. Même les développeurs de jeu vidéo indépendant utilisent des stratégies reliés à la gratuité pour se faire bien voir, que ce soit par les "give away", l'autorisation officielle et explicite de pirater leur jeu pour que plus de monde en profite et etc... Mais c'est jouer sur les moeurs et parfois sur les lois. C'est un coup un peu bas et ceux qui l'utilisent sont généralement ceux qui ont une bonne stabilité financières et qui n'ont pas trop à s'inquiéter de leur avenir.
Mais non, car justement, parfois, cette gratuité n'est pas un choix, mais une obligation. Pour l'écriture par exemple, à partir du moment où vous utilisez un univers qui n'est pas libre de droit, votre contenu doit être gratuit, même si vous mettez autant de soin dans votre travail que si c'était un véritable roman. Bien entendu, travailler pour quelqu'un mérite une rémunération, cela ne se discute même pas, c'est une évidence et c'est pour ça que l'on paye des commissions.
Mais hélas, même lorsque l'on fait du cinéma et que l'on pense avoir une idée original, il faut faire attention aux droits d'auteurs et tout le bordel. L'histoire du cinéma regorge de ce genre d'exemple où une équipe a dû payé des droits d'auteurs surprises pour pouvoir diffuser leur oeuvre, alors pour tout le reste, n'en parlons même pas. Regardez Nintendo, eux, même pour les oeuvres gratuites ils viennent demander la suppression pures et simples pour des raisons diverses et variés.

Et ça, ce ne sont que les raisons légaux, il y a aussi au niveau sociologique qu'il y a un problèmes. Plusieurs fois, quand j'ai demandé un dessin et qu'ensuite, je demandais un devis ou un prix, on m'a répondu "Mais non, c'est juste un dessin, c'est pas du travail". L'éducation et les moeurs d'aujourd'hui ont encré dans les esprits et les corps la triste sentence : "Ce qui te fait plaisir n'est pas du travail" ou "Tant que tu gagne pas de l'argent là dedans, c'est du loisir". Donc forcément, du côté des "clients" comme du côté des artistes, ça crée le genre de personnage que l'on voit aujourd'hui, entre celui qui abuse en exigeant un travail gratuit et celui qui se contente de baisser la tête et de travailler gratuitement.

Donc, tout ça pour faire ma grosse communiste et dire : C'est à cause de notre monde d'aujourd'hui et du vilain capitalisme. (R)évolution.

Propagande gratos:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 180
Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 12
Localisation : MIRABELLE !!!

Feuille de personnage
Talent: Alchimiste
Rang: B
Faction: Earth
Dim 12 Nov - 13:19

J'ai jamais dit que beaucoup de personnes en vivent ! J'ai dit que généralement, ces métiers sont assez peu faits, à cause du pari risqué que cela présente. Et que si ils deviennent plus "normaux", les écrivains, pour peu qu'ils vivent de ça, sont foutus. Et j'ai pas parlé des journaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragon
Dragon
Messages : 389
Date d'inscription : 18/02/2017
Age : 27

Feuille de personnage
Talent: Discrétion
Rang: S
Faction: Canterlot
Dim 12 Nov - 13:56

Citation :
puisque les métiers de l'écriture sont ou suffisamment rémunérés

Je parlais de cela en fait. Avec cette phrase, tu donnais l'impression de dire le contraire justement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 180
Date d'inscription : 29/06/2017
Age : 12
Localisation : MIRABELLE !!!

Feuille de personnage
Talent: Alchimiste
Rang: B
Faction: Earth
Dim 12 Nov - 14:12

Ah. Il aurait fallu que je précise plus ce que je dis apparemment XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 134
Date d'inscription : 05/07/2017
Age : 19
Localisation : Val d'Oise

Feuille de personnage
Talent: DICTION
Rang: A
Faction: Earth
Mer 17 Jan - 11:34

Je me permets de up ce sujet.

Alors. C'est certain, les artistes tout court ont énormément de mal à se faire reconnaitre. Pour des raisons diverses et différentes en fonction du domaine. Et en plus, comme dit plus haut, on doit limite payer pour pouvoir bosser (les artistes graphiques doivent acheter leur matos, numérique ou pas ; les écrivains doivent payer les droits de diffusion et les maisons d'édition et tout ; dans le cinéma, c'est toute la production d'un film + des droits d'auteur comme dit plus haut aussi ; tout ce qui est le spectacle vivant, c'est les l'occasion de de salle, et je dirais les études aussi souvent. Les musiciens, c'est pas vraiment la même chose puisque tu dois forcément avoir un instrument, forcément ^^)
Je saute sûrement des éléments. Mais c'est dit. Les artistes doivent payer pour pratiquer. Sauf en cas de chance légendaire où tu te fais repérer par un mec important dans ton domaine et là, tu te fais pistonner de malade !

Bref ! Je suis sur que vous y avez déjà pensé, mais j'en parle quand même.
Petite anecdote perso : mon père bosse dans les drones depuis 3 ans, maintenant. Et il fait parti d'une association qui cherche à gérer tous les drones de France. En l'occurrence, ils s'occupent beaucoup de séparer l'usage loisir des drones (les amateurs) du professionnel. Juste pour préciser, on parle d'imagerie aérienne par drone. Pour faire cette distinction, il y a des formations et tout, avec des diplômes et des papiers qui attestent que vous êtes autorisé à pratiquer l'imagerie aérienne et être rémunéré pour ça. Et donc, cette association fait appel carrément à l'aide de l'État pour établir aussi les lois liés à tous les domaines d'utilisation de drones dis civiles.

Pour clarifier, l'idée ce serait un moyen de distinction irréprochable entre les artistes (on va rester sur les graphiques) amateurs et les professionnels.
Ce qu'il faudrait vraiment, ce serait trouver un moyen d'empêcher les amateurs de diffuser de façon publique un dessin demander par un tiers.Il faudrait faire en sorte qu'ils n'aient pas le droit de diffuser aux yeux de tous ce genre de chose. Ca doit être faisable.
Et pour bien distinguer ceux qui en ont le droit et ceux qui n'en ont pas le droit, pour utiliser internet, il faudrait un site (associatif de préférence pour ne pas avoir à payer, mais s'il faut payer tant pis, faudra payer) sur lequel, des artistes professionnels ET reconnus comme tel (limite qui sont riches grâce à ça, ça aurait plus de poid) pourraient faire passer une sorte de période de test (pas trop longue, genre quelques mois à peine) ou bien juste un test à la fin duquel/de laquelle un titre spécifique serait remit. Il ne resterait plus au nouvel artiste qu'à déclarer ce titre (ou ce formulaire, à voir) sur tous les sites sur lesquels il diffuserait. À la limite, même, il faudrait faire une demande auprès des fondateurs/administrateurs des sites en question.
En très gros, l'idée ressemblerait à cela dans ma tête. Ça éliminerait la concurrence déloyale, redorerait le blason des artistes pros, qui se donnent vraiment les moyens et ont la volonté (+ le talent pour certains) suffisante pour vivre de leur art.
Et si le problème viendrait des possibilités de rencontre sociale, il y a toujours les réseaux sociaux !

Donc, comme je le disais, je suis sûrement pas le premier à imaginer ça. Mais j'en parle. Alors, n'hesitez- pas à me dire ce qui n'ira pas dans ce cas de figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.leponeyblanc.fr/
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
Débat : qu'est ce que c'est être artiste professionnel et qu'est ce que ça implique?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» [Inutile] J'aime / J'aime pas
» HAITI: NAP BOULE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Little Equestria :: Flood-
Sauter vers: