Partagez | 
 

 For'Other VS Cast Bronze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Dagger vs. Cast Bronze
For'Other
40%
 40% [ 2 ]
Cast Bronze
60%
 60% [ 3 ]
Total des votes : 5
 

Terrestre 3PU + W
Terrestre 3PU + W
Messages : 598
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Sam 2 Déc - 3:40

Ah, dieu, qu’il se sentait… léger.
Le flanc du visage reposant à même la pierres, l’étalon sentait le sommet de ses épaules se dissoudre : Il avait cette sensation que comme des petites bulles pétaradaient au sommet de ses articulations… Fuzzy n’était pas là. Elle s’entraînait.
Lui s’étirait, bien plus jeune et plus souple que son irréel reflet : Les tresses glissant contre le sol, l’étalon se releva en se courbant en arrière : Le même cirque d’organisation et de préparation continuait dans l’espèce de chambre d’attente ou chacun des vétérans attendait leur tour pour aller combattre pour quelques cris d’admiration.

Les rayons qui passaient entres les fenêtres creusées irrégulièrement dans les épais murs de l’Arène étaient comme une douche divine : Les gladiateurs la recherchait comme des fleurs se tournerait vers le soleils, s’asseyant à même le sol si cela pouvait les mètres sur la trajectoire d’un rayon. L’un d’eux vint frapper la patte de notre étalon, la lumière rebondissant dans un arc lumineux délicat sur son nouveau fer de sabot. Dans l’antichambre de l’Arène, ses camarades l’observaient sans piper un mot… L’étalon… l’étalon leur faisait peur. Pas une terreur maladive: Une crainte dérengeante: Dagger était un amis pour la plupart d’entre eux, un soutien d'habitude zélé, souvent narquois:

Mais son corps changeait. De manière à la fois si anodine mais pourtant si choquante! Ce n’est pas comme si l’étalon gagnait en volume on gonflait, pourtant, son corps… Il était comme… comme plus dense. Plus Massif, sans pourtant changer de physique. On l’avait déjà vu se servir des murs pourtant robustes de l’Arène comme d’une terre meuble pour amasser de la caillasse à lancer, mais ça en devenait absolument ridicule : L’étalon devait depuis peu faire pratiquement attention à certains de ses mouvements : il rompait les poignées de portes, tordait les armures, causait des concussions lors des spars, quasiment contre-son-gré : On devinait derrière son air plus posé que d’habitude qu’il… qu’il brûlait, brûlait de laisser cette force toute nouvelle exploser.

Et, malgré les fort liens qu’entretenaient tout les gladiateurs de ce coté là de l’Arène, tout le monde... tout le monde commençait à craindre qui serait le témoin de cette explosion, ou pire, risquait d’en être la cible : Dagger se passait désormais d’armure, plus vêtu de vêtements et d’équipement que de réelle protections, si ce n’était la plaque d’acier qu’il plaçait justement sur son dos, repoussant ses tresses hors de lanières.

Une certaines absence était visibles sur son visage, il avait le regard dans le vide… Derrière lui, on s’agitait : Les derniers gladiateurs revenaient de leurs combats, soit couvert de sueur, ou de sang. Et titubait pour s’allonger sur leur bancs, alors que leurs amis les plus proches venaient s’assurer de leur état ou leur taper de manière gratifiante contre le dos. A quoi l’étalon pouvait-il penser, pour ne pas venir congratuler ses propres alliés ?
Le sommet du visage partiellement baigné de lumières, les yeux clos, Dagger passait ses pattes dans ses cheveux : ces derniers temps…

Il était obsédé par quelque chose.
Pas son apparence, quoi qu’il en prenne plus soin que d’habitude, mais ça ce voyait à sa manière de s’entraîner, de gronder. Fuzzy’Watcher, la colossale changeline , ne remportait plus leurs petits duels… Ni leur petits ébats.
Elle ne lui suffisait plus, pour de rares premières fois, l’étalon jouait de ses droits de champions, se laissait à rencontrer des fans. A manger luxueux, à boire.
A voir de nouvelles choses, comme si cela pourrait… le calmer.
C’était comme une soif, une faim.

Une faim de l’esprit, une faim de sensations.
Une faim de violence. L’Arène s’essayait à de nouvelles choses avec leur poule aux œufs d’or… Des duels contres des chiens, puis contre un lion.
Pas assez. Contre un ours, pas assez.
Attachant ses tresses, Dagger glissa entres elle une plume, rougeâtre, et une seconde, orange. Une pochette au niveau de la jambe antérieure. Du tape rougeâtre et verdâtre enroulé autour des pattes. Les hanches étouffé derrière un châle serré, sur lequel des images cousues de griffons semblant vouloir décoller sont délavés.  On gémissait dans le « vestiaire », l’un des gladiateurs, une dame, d’ailleurs, avait l’aile sacrément pétée. La porte de plomb claqua comme si l’on avait ouvert à la volée une porte de bois creuse: La changeline, ici, pas de race, pas de racisme, juste de vainqueurs ou des perdants : personne ne réfutait l'autorité de Fuzzy parmi les gladiateurs enfermés ici: Reine inhumaine dans une prison de guerriers...

Dagger avait beau enchaîner les victoires, ce n’était toujours pas lui qui avait le titre du plus grand gladiateurs ici. Muette, Fuzzy tenait ce titre. En sueur, ses épaisses pattes troués sont rêche, couvertes de bandages tout autant percé, et son crane glabre humide de sueur. Elle s’entraînait quand on l’avait appelée, sa voix, plus fluette que son apparence le laissait deviner, siffla :

« - Allongez-là, les gars, peut-être faut faire venir l’infirmier, là, le griffon : Poussez-vous, laisse-moi voir, ma belle... »

Son visage était trouble, littéralement, changeant doucement sous l’influence de sa magie innée et son état de fatigue. Dagger semble ignorer la situation, se déportant simplement vers l’entrée de l’Arène.  Mais il n’échappa au regard de la matrone, pas qu’il soit de nature à frémir en le sentant sur son échine, mais simplement car il le croisa. Ces yeux turquoises, vide d’iris. Juste… entièrement bleu.

La changeline avait ses pattes autours du visage souffrant de la combattante blessée. Et ne pouvait pas se lever pour le réprimander, ou quoique ce soit d’autres : et puis, Dagger ne faisait rien de mal : Il était juste… différent que d’habitude.

« - Ne fait pas de vaincre une Obsession, Dagger. » Sifflât-elle simplement. Une phrase qui ramena un semblant de réaction sur son visage, alors qu’on appelait son nom à la porte :

« - Je... » Commençait-il
« - Va. » Fit-elle simplement, lui clouant le bec. Une fois de plus : La force définissait Dagger, mais pas la charisme. L’étalon pouvait provoquer de certains réflexes grégaires, insuffler l’exaltation, la peur, l’autorité. Mais pas la loyauté. Pas l’admiration que l’honnêteté de Fuzzy conférait au soutien qu’elle leur offrait.
Il l’aimait, elle était son alpha, la pierre autour de laquelle il gravitait.
Les lèvres chitineuse de la changeline, imperturbable, murmurèrent inaudiblement :
« La seule obsession, ce doit être la survie. » Lut-il sur ses lèvres.
Et à cela, j’excelle. S'entendit-il gronder. Le pensant plus que le soufflant.

« - Vous le connaissez ! Frénétique, enragé ? On le dit plutôt violent que Sauvage : Alignant six victoires à la suite, toujours plus spectaculaire !  Dragon, Griffons, mince, mêmes les monstres et les mages ne savent pas comment le stopper! »

Silence.
Et son bras se lève, sa voix, son rugissement s’élève, et le public répond comme une meute suit la vocalisation d’un loup.
Ou plutôt un chien, dans ce cas.


« - ET AUJOURD’HUI, IL CHASSE POUR VOUS ! CHEEEER PUBLIC : FOR’OTHER, POUR VOUS DIVERTIR!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase
Pégase
Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 29

Feuille de personnage
Talent: Voltigeur
Rang: A
Faction: Cloudsdale
Dim 10 Déc - 20:51

Se donner en spectacle était sans doute la pire chose à faire pour se donner l'air intéressant : on ne gagnait rien de spéciale à gagner, on perdait toute crédibilité en perdant. Du moins, cela dépendait de ce que recherchait les combattants. Certains ne vivaient que pour le frisson du combat et la mort, d'autres ne cherchaient que la gloire et la reconnaissance. Parfois, un fou ambitieux, le plus dangereux, recherchait les quatre à la fois : être une machine de combat admirée pour sa capacité à fracasser et régner sur le sable du Colisée. Tous ces phénomènes de foire, qu'ils soient poney ou non, finissaient au final au même niveau : couvert de contusion, d'hématome, de plaies et de bosses. Quelle gloire dans tout ça que de se détruire en voulant détruire ? Cela reposait sur le point de vu de chacun.

Il existait en revanche un quatrième type de combattant ; celui qui n'avait que faire du public, de son adversaire ou de la gloire. Certains n'étaient intéressés que par eux même : ils n'en avaient rien à faire d'être ailé ou glorieux, cela ne les intéressaient pas. La satisfaction personnelle ne les motivait pas non-plus ; ils n'avaient rien non plus à se prouver. Mais que pouvait donc motiver ce type de personnalité à combattre dans une arène poussiéreuse sous les cris d'une foule en délire ?

- Vous en êtes vraiment sûr, m'sieur le Baron ?

- Grml... Nous en somme certains, Cambouis.

- Mais, c'est pas un peu danj'reux d'aller se battre contre des brutes avec des armes ?

- Hrmph ! Ce qui serait dangereux serait de ne pas s'y rendre armé.

Une fine épée forgée de sabot de maître à la ceinture, son seul manteau par dessus sa veste de noble finement brodée, Cast Bronze ne semblait pas du tout paré à aller se battre, vraiment pas. D'un geste dédaigneux, il enfila la sangle qui maintenait son arbalète sur laquelle était fixé le Compas de Lumière... étrange.

- Pourquoi vous voulez donc vous battre, m'sieur l'Baron ? Vous disiez que vous n'aimiez pas la violence ?

- Nous n'aimons pas la violence : nous la haïssons.

Enfin paré, le Noble se dirigea vers la porte après avoir consulté sa montre, toujours en volant en rase motte. Se serait bientôt à lui de faire son entré. Quelle perte de temps !

- Nous ne sommes pas ici pour Nous battre, mais pour nous entraîner un petit peu. la voltige, c'est l'idéal. Mais sans savoir se défendre, c'est incomplet. Nous ne devons pas être le meilleur en voltige : Nous devons être le meilleur.

- Le meilleur en quoi ?

- Le meilleur, tout simplement.

Alors que la foule s'époumonait à l'annonce du champion proclamé par l'annonceur, Cast Bronze ouvrit lui même sa propre porte d'un coup de sabot arrière bien placé, gâchant volontairement la présentation du favori par un timing impeccable et insolent.

- Grml... Ce spectacle grotesque n'a que trop duré. C'est un combat ou une pièce de théâtre ridicule que vous voulez voir ? Hrmph... pathétique !

Obéissant au signe de tête de son maître, Cambouis voltigea précipitamment vers l'annonceur et lui tendis une feuille de papier où était griffonner quelques chose. Surpris, le poney chargé de présenter les combattant lu le mot, dégluti, jeta un regard désespéré au Noble qui lui tournait ostensiblement le dos, puis vers Cambouis qui se contenta de hausser les épaules, puis se racla la gorge avant de reprendre avec une voix beaucoup moins assurée :

- FACE À LUI, LE BARON DE CLOUDSDALE, CAST BRONZE... NE... HEU... NE L'APPLAUDISSEZ PAS, CONTENTEZ VOUS DE... REGARDER ET D’ARRÊTER DE CRIER COMME DES PUTOIS CAR CA EN DEVIENT CONSTERNANT... Bon sang... Pourquoi je dois dire ça...

Nulle doute que le silence surpris qui frappa l'assistance fit plaisir au rabat-joie qui continuait à voler tranquillement à quelques centimètres du sol. Celui-ci savait ce qu'il faisait et il profita du relatif calme gagné pour toiser son adversaire.

- Hrmph... For'Other ? Jamais entendu parler...

Ce qui était vrai : le Noble ne se préoccupait pas des roturier, encore moins que ceux des autres villes. Les pattes avant croisé, il dominait de par sa position le puissant étalon. Détendu, plutôt indifférent, il reprit :

- J'espère que vous saurez vous débrouiller : Nous n'avons pas de temps à perdre avec une coqueluche.

Cast n'était pas dupe une minute : il se doutait que son vis-à-vis n'avait pas volé son titre. Rien de tel pour commencer à se dérouiller un peu. Bien sûr, la logique voudrait que le Baron Rouge se contente de rester à distance et le canarde avec son arbalète, mais cela ne l'intéressait pas : il pouvait faire la même chose au stand de tire de l'école militaire. Non, il avait besoin de voir s'il pouvait se débrouiller face à un expert au corps-à-corps.

- Qu'est-ce que vous attendez ? En garde... Humph... c'est pas gagné d'avance... on a connu meilleur tétraplégique.

Le Baron dégaina sa fine épée et se mis en garde : il n'était pas doué en escrime, mais il avait plus d'un tour dans son sac...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre 3PU + W
Terrestre 3PU + W
Messages : 598
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Ven 15 Déc - 23:53

Un noble ?
Les naseaux de l’étalon frémirent alors qu’il faisait un pas en la direction du pégase. Son œil suivant l’acolyte du bonhomme, qui voletait vers l’annonceur de leur combat… Cet homme est… vieux. Tendant son museau en travers de ses tresses, l’étalon huma l’odeur ambiante du pégase, ce type… Trop… propre ?

La petite présentation hésitante fit plisser les yeux à l’étalon, désagréablement surpris : Qu’est-qui allait lui arrivait, s’il pétait les ailes d’une pointure pareille ? Ce match n’était pas fixé, de ce qu’il savait, pas que ça le dérangeait qu’on le paye pour perdre…
Mais c’était plus chaud quand il s’agissait d’exiger sa défaite. Ou peut-être ce fada était-il des plus sérieux ? Venu se frotter au sang chaud de l’Arène pour se ré-approprier une forme de fierté perdue ?

Attérissant doucement, le...le baron l’apostropha, et Dagger, mordant sa lèvre inférieure, dénota avec une légère incrédulité que cette pointure là ne se contentait pas de parler de lui-même à la troisième personne, comme tout bon mégalo, mais qu’il usait de la première… du pluriel. Comme s’il était plus qu’un titre…
Une dynastie ?

Dagger songea une maigre seconde à sa famille, à ce que son nom impliquait.
Et oubliait aussitôt cette pensée alors que son échine se penchait, une partie entière de ses épaules, de son cou, et de sa machoire se congestionnant alors d’une manière toute sauf naturelle : L’étalon n’avait pas besoin d’exercice pour que son corps entre dans cet état, capable de congestionner d’une pensée : C’était un trait probablement génétique, sinon surnaturel, destiné à le rendre plus intimidant. Simplement car en plus d’être un message très clair sur sa force, cela donnait quelque inquiétant centimètres de plus à son tour de bras.

« - C’est pas un endroit pour les vieillard, tu sais ? » Fit-il. Manquerait plus qu’il lui fasse un malaise entre les pattes, surtout qu’il allait devoir courir, le bonhomme…
A moins qu’il ne soit venu pour mourir dignement, un truc du genre, je veux mourir en guerrier ? Ce serait logique, mais cela dit, hors de question de tuer un noble, on pendait des gladiateurs pour des crimes moins grave que ça :
L’étalon appuyait sur son épaule en redressant le museau alors que le Baron dégainait une fine lame : Ah, il n’allait pas utiliser son arbalète ?
Ni décoller ? Reposant ses sabots, le Terrestre plissa des yeux : Ça ressemblait à de l’inconscience, mais ça pourrait être un leurre… Surtout après les petites piques que lui avait faite ce noble. Y avait quelque chose de bizarre dans sa manière de se tenir avec sa lame, songeait Dagger, observant la lame tenu dans sa mâchoire : L’œil de Dagger avait vu beaucoup d’épéistes dans cette arène, mais n’en n’usant pas lui-même, le Terrestre était incapable de voir les défauts de la garde du pégase, son œil amateur mais ayant expérimenté plusieurs épéistes voyant dans sa posture des étrangetés là ou de vrais expert verraient des défauts.

Ou sinon, la théorie du suicide dissimulé semblait grandir, songeait-il aussi avec un sourire, plissant les sourcils d’un air désabusé en comprenant que ce… pégase n’allait peut-être pas utiliser son avantage naturel sur lui : Une décision pour le moins anormale :

« - Qu'est-ce que vous attendez ? En garde... Humph... c'est pas gagné d'avance... on a connu meilleur tétraplégique. »

Mais c’est qu’il la langue vivace, l’étalon, plissant faussement les sourcils, fit un autre pas :
« - En… Garde ? » Fit-il avec un sourire perdu.
Ce benêt pensait-il que son cure-dent allait pouvoir faire guère plus que se briser contre sa trame ?
Amusant.

N’ajoutant rien, l’étalon ne leva aucune garde – ce qui fit peut-être remarqué à son opposant l’alarmante absence d’armure sur la plupart des parties du corps de l’étalon – et s’approcha nettement de son opposant, dans le silence curieux des spectateurs décontenancé : tak, tak, tak : Les pattes de l’étalon fusèrent autour du nobles dignement dressé, menaçant de le percuter de leur force démesuré, l’esprit et l’instinct de l’étalon guidèrent ses pattes vers là ou elles voulaient aller : le visage, le poitrail. Nulle défense, agissant avec une confiance confinant à l’étrange, une soif d’en venir immédiatement en contact :

Histoire de savoir quel goût aurait ce repas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase
Pégase
Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 29

Feuille de personnage
Talent: Voltigeur
Rang: A
Faction: Cloudsdale
Ven 22 Déc - 19:00

Durant sa longue vie, Cast en avait vu des choses qui n'avaient jamais réussi à l'impressionner sincèrement. Lorsqu'on était né sang-bleu, qu'on avait tout obtenu facilement et qu'on avait admiré un Poney qui au final n'avait jamais été qu'un idéal impossible à atteindre... tout était lassant, futile. Seule restait la satisfaction de bien faire, ou de voir les autres bien faire. Mais l'exigeant Baron ne trouvait pas grand chose qui faisait grâce à ses yeux, mise à part les quelques trucs à peu près pas-trop-mal-mais-sans-plus qu'il lui arrivait de voir de temps à autre. Il n'avait pas pour habitude de s'extasier pour un oui ou pour un non devant les choses que les idiots ou les rustres trouvaient formidables. Lui, ne voyait rien d'incroyable, juste au mieux un peu intéressant. Il ne s'extasiait donc devant rien depuis la mort de son père il y a des années de cela. En venant dans l'arène, il n'avait jamais espéré s'émerveiller, ni même songé à imaginer ne serait-ce qu'un instant être surpris en bien par quelque-chose d'un peu plus extraordinaire que d'ordinaire. Il ne s'attendait à rien, juste à être au mieux indifférent.

Mais ce qu'il vit ne le laissa pas indifférent, non. Il fut simplement déçu...

Un Terrestre n'était qu'un tas de muscle ne comptant que sur ce que la nature avait bien voulu leur laisser malgré son manque de générosité flagrant pour le règne animal. Ce For'Other était grand, impressionnant, mais se comportait comme l'indiquait l'étiquette collée bien en évidence sur son front : rentrer dans le lard pour se payer une bonne tranche. Car pour le Baron Rouge, son adversaire n'était qu'une force de la nature, sans subtilité ni chose qui dépassait sa propre condition. Cast ne s'attendait pas à mieux, ce qui ne le surpris même pas... Il s'en fichait au fond d'avoir vu juste, la vérité ne l'intéressait absolument pas : seule une petite remise en forme lui importait. Mais si seulement le balourd souriant bêtement pouvait au moins faire preuve du minimum syndical d'imagination, cela aurait rendu ce petit entraînement à peine plus intéressant... juste un petit peu...

Car oui, Cast Bronze n'était pas là pour le public ou pour la réputation, il savait qu'il était le moins connu et fameux de Nobles de Cloudsdale. Son crédo, c'était la voltige, pas la bagarre. Briller en se ridiculisant dans une mêlé où il se battrait comme un chiffonnier n'était pas digne de lui. Briller était juste digne de ces m'a-tu-vu dignes de Heart Gold et de sa fabrique à fanfreluche céleste. Même ses croques-morts de Silver avaient un peu de dignité, juste un peu. Alors un Terrestre ? Quelque-chose qui n'avait rien, pas un micro-gramme d'intérêt ou de décence, mise-à-part celle de ne pas faire semblant d'être doué ; c'était au moins ça. Le Baron n'allait pas passer un moment un peu distrayant, juste une petite remise en forme.

Au moins, affronter un vrai Poney était mieux que s'entraîner sur des mannequins ou avec un maître d'arme médiocre. Le Terrestre bougeait plus vite qu'un mannequin et n'avait pas la prétention d'être meilleur qu'un maître d'arme qui n'avait pas de talent. Tout était comme d'habitude, prévisible et simple, mortellement routinier.

L'étalon comptait sur sa force et sa vitesse ? Fort bien... qu'il s'amuse donc à jouer les cadors, il ne pourrait qu'au mieux se faire mal : ça lui ferait les sabot, au mieux.

Au moment ou l'attaque du puissant chasseur frappa, sa cible se déroba en un battement de cil, comme un bouchon de vin mousseux qui décollait à l'improviste. Au moment la frappe atteignit l'endroit où se trouvait ce qu'elle devait atteindre, une entaille se forma sur l'échine du monstre de muscle noueux. La rapière avait frappé prêt d'une zone vulnérable, sans faire beaucoup de dégât, traversant le châle qui fut coupé net. Un regard aiguisé aurait pu voir la manœuvre du champion de voltige : il s'était dérobé au tout dernier moment pour survoler son ennemi et frapper avant de décoller de nouveau hors d'atteinte.

Insolent, avec prestance, le Baron rouge redescendit à quelques centimètres du sol, rengainant son épée pour lancer d'une voix neutre :

- Pfff... Lamentable. Aucun timing, aucune préparation. Vous vous entraînez sur des cibles immobiles ? Ou vous combattez des aveugles de naissance ?

Cast savait que son attaque n'avait pas fait de véritable blessure, mais il n'avait pas la prétention d'être doué à l'épée. Il se contenta de faire un rapide retour :

- Si votre adversaire vol, oubliez qu'il peut voler. Soyez plus rapide, plus prompte. Assurez-vous de pouvoir frapper avec assez d'allonge et d'angle d'attaque. Votre coup était dirigé dans une seule direction. Vous faites trop de mouvement inutiles, même en spectacle cela est ridicule, pitoyable.

Cast se rapprocha, tout en laissant une distance raisonnable, avant de de conclure :

- Nous espérons que vous serez assez doté de matière grise pour vous améliorer : Nous finirons bien par toucher un point vulnérable tant que vous vous obstinerez à brasser de l'air bêtement.

Il se remit en garde, l'épée à la bouche, parfaitement alerte. Il ne comptait pas attaquer, juste laisser la brute retenter sa chance. Cast voulait voir s'il serait assez agile pour esquiver une nouvelle fois : hors de question de s'amuser à foncer sans comprendre comment fonctionnait son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre 3PU + W
Terrestre 3PU + W
Messages : 598
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Sam 23 Déc - 1:23

Ça la joue toréadors, muy buen ! Visiblement, la vieille branche était encore souple… Pas le premier pégase à sauter à travers les flammes qu’il croisait cependant : Ces combattants là avait le sens du spectacle, il est vrai…

Peut-être un peu trop, même.

C’était amusant, l’Arène était un endroit ou un gladiateurs devait veiller à sa capacité à combattre autant qu’à sa popularité , les deux étant étroitement lié : La première simplement pour vaincre, la seconde pour perdre ET survivre : Et perdre un peu de la seconde pour jouer aux acrobates afin d’attirer l’admiration était une bonne méthode pour déclencher les éclats… Que l’on entendit d’ailleurs.

Ironiquement, lui trouvait sa popularité dans la violence avec laquelle il renversait ses matchs, et aussi pour son allure polarisante : Se vanter dans le combats… Ce ne lui était pas impossible, mais si difficile : Il y avait une telle satisfaction à montrer de manière plus immédiate sa dominance que l’étalon en profitait rarement pour faire une pique. Sauf si sa colère l’exigeait. Il n’était pas des plus humbles, sa simple manière d’appeler aux éclats du public en levant les pattes le montrait bien… Mais il parlait pourtant peu. Toujours surpris de voir ses récents adversaires autant lui causer, sûrement était-ce une manière de le déstabiliser, de rendre son comportement plus prévisible, ce qui fonctionnait d’ailleurs assez bien. Mais d’un autre coté, après Starmaid et Dark Tongue, véritables moulins à paroles, l’étalon avait été surpris de réaliser, en se remémorant leur paroles, qu’ils causaient parfois plus à eux-même qu’à lui :

Du moins ce baron s’adressait-il à lui, se moquant de manière condescendante, certes, mais visiblement bien ancré dans le réel : Sa lame avait couru sur son échine, ou gonflait la zébrure, l’attaque, porté vivement , n’ayant pas percé son échine contracté : Ce pégase n’avait jamais eu l’intention de ne pas profiter de ses ailes, et pouvaient les déployer à d’impressionnantes vitesses pour cette esquive pour le moins acrobatiques…


- Pfff... Lamentable. Aucun timing, aucune préparation. Vous vous entraînez sur des cibles immobiles ? Ou vous combattez des aveugles de naissance ?


Écoutant d’une oreilles attentive, l’étalon se retournait lentement, réalisant que ce combat là serait une partie de chat et de souris, ou plutôt, du minotaure et de matador, de la perspective du pégase…
L’expression du Terrestre se fronça : non, c’était plus que ça, plus qu’un renfrognement, ses yeux disparaissant derrière son expression plissée, l’arrête de son nez se plissant :

Cette manière là de se battre était très propre à l’Arène, après-tout, cet endroit avec quelque semblant de corrida, non ?

- Si votre adversaire vol, oubliez qu'il peut voler. Soyez plus rapide, plus prompte. Assurez-vous de pouvoir frapper avec assez d'allonge et d'angle d'attaque. Votre coup était dirigé dans une seule direction. Vous faites trop de mouvement inutiles, même en spectacle cela est ridicule, pitoyable. Nous espérons que vous serez assez doté de matière grise pour vous améliorer : Nous finirons bien par toucher un point vulnérable tant que vous vous obstinerez à brasser de l'air bêtement.

Pouffement.
Dagger riait, cette expression, c’était de l’amusement, de l’incrédulité.
Quel professeur faisait ce bonhomme là ! Il était escrimeur ? Non, il n’en n’avait pas vraiment l’attitude. Pas la garde, semblait à l’étalon, qui discernait mal un style d’épéiste d’un autre :
Mais ce dont cet échange l’avait persuadé, c’était que ce baron était confiant en lui. L’étalon, pour la première fois depuis un moment, articula :

« - Merci pour les conseils, je suppose ? »

L’étalon avança, doucement. Tendant une patte devant lui en s’approchant : Si le baron préférait attendre de lui qu’il attaque pour punir son manque de finesse et de précision, l’étalon pouvait inverser les positions : La passivité n’était pas reversé qu’aux experts de la contre-attaque : Dagger était tenté d’un coté, de simplement, en effet, brasser de l’air en attendant que ce Baron s’épuise : Il était visiblement plus agé que lui, et à moins d’atteindre l’un de ces points vulnérables, le Baron allait être forcé de mettre un peu plus de poids derrière ses cou s’il ne voulait qu’entailler sa trame autrement plus  solide que bien des protections : L’arène abritait des combats dépourvus de règles, pas de blâmes, pas de codes, seul le public décidait quand un combat était trop ennuyant pour eux, et, après-tout, ceux-ci venaient voir des affrontements « réels ».

Peu importe la méthode alors ?

Suivant d’abords les conseils du pégase, Dagger décida donc de se préparer. Beaucoup. Curieux de voir comment son adversaire combattrait alors s’il s’approchait de manière prudente. Car à sa place, l’étalon ne verrait guère d’autre manière de réagir qu’en reculant dans les airs : Essayer de donner un coup à un adversaire s’approchant ainsi… à moins qu’il ne pense pouvoir le prendre de vitesse de front.

Oh, ironie, réalisait Dagger en s’approchant, le pégase était dans sa position habituelle :
Celle que Dagger avait souvent rencontré du temps qu’il était libre, du temps qu’il courait encore avec pour seul plafond le ciel.
Quand il faisait face aux hydres, aux chimères, aux dragons. Aux ours, aux loups, aux Orthors. Des adversaires parfois plus nombreux, souvent plus grands. Toujours plus létaux : Comment faisait-il alors pour les vaincre ? Faisait-il le matador ?

Renverser les Orthros, Briser les mâchoires des chimères, Effrayer les Loups, Brûler les Hydres, Arracher les ailes des Dragons. Affamer les plus forts jusqu’à qu’ils soit plus faibles, les harceler à distance si nécessaires. Recourir aux poisons, recourir aux pièges, recourir à la violence la plus profonde. Attiré le Yéti à essayer de le mordre… oui, il y avait des ressemblances avec le Matador...

Cet endroit avait beau ressembler à une Corrida, mais ce n’en n’était pas une.
Dagger avait beau ressembler à un buffle, mais ce n’était pas un taureau.
La vrai question lui apparut alors : Que ferait-il pour SE vaincre ?

Et comment ferait-il pour vaincre ce qu’il ferait alors ?
La réponse lui apparut aussitôt, et, aussitôt, l’échine de l’étalon se plia, jab, accule, conditionne une habitude et tire en un avantage léthal : Suivre le conseil de l’ennemi ?Mauvaise idée, songeait-il en changeant subitement de tactique. Profiter de ses talents, plutôt ? On allait bien voir, le pégase devait bien avoir autre chose qu’un peu d’habilité en reserve… Usant de son allonge, l’étalon pivota très légèrement au niveau de sa patte d’appui et frappa à deux reprises de sa seule patte avant gauche, plus légèrement que la dernière fois, mais vrillant ses jab, son museau se calant presque contre son épaule. Sa patte d’appui (la droite) se vrillant dans le sol en émettant une très légère luminance, alors que l’étalon avançait fermement vers le pégase. Habituellement, les jabs lui servait simplement à établir son spacing, mais la différence de poids était telle que ces simples coups portaient une simple menace en eux-mêmes : Il ne les portait cependant pas avec d’autre intentions. Conditionner l’adversaire, voila ce que Dagger fera, ce qu’il faisait. Combattre pour se donner les moyens d’être victorieux, créer les conditions nécessaires à la victoire :

En d’autre termes, ne pas combattre pour apprendre.
Mais chasser pour survivre .


Dernière édition par For'Other le Jeu 4 Jan - 4:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase
Pégase
Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 29

Feuille de personnage
Talent: Voltigeur
Rang: A
Faction: Cloudsdale
Jeu 4 Jan - 4:01

Contrairement à la quasi totalité des créatures présentes, Cast Bronze n'avait pas en tête qu'il participait à un combat. Il n'aimait pas la violence, surtout celle gratuite. Regarder les autres se bagarrer comme des chiffonniers le laissait ; ce type de spectacle étant pour lui le summum du manque de goût et de talent. La violence était l'arme de ceux qui n'avait plus grand chose à proposer : le dernier retranchement moisi qui permettait à celui qui en usait de crier à la face du monde qu'il était un minable. Cette vision pessimiste des arènes était certes discutable, mais elle avait un fond de vérité pour le Baron Pégase : il ne voyait l'intérêt que dans les résultats. Avoir casser la figure à un Poney n'était qu'un dénouement prévisible, sans classe ni mérite. Le voltigeur n'aurait qu'à voler hors d'atteinte et tirer le Terrestre comme un lapin. Bien sûr, ce n'était pas une bonne chose pour séduire les juges, mais ces derniers pourraient être séduits par quelques acrobaties audacieuses.

Le Terrestre ne semblait pas idiot, du moins pas autant que ses semblables. Il avait visiblement compris les conseils de son adversaire, également qu'ils étaient inutiles pour le moment. Cast n'était pas arrogant au point de donner des armes pour être vaincu, mais il était assez lucide pour déceler un certain potentiel pouvant faire bon usage de ce qu'il lui donnerait. Cela ne mangeait pas de pain et évitait au Baron de perdre complètement son temps. L'hilarité du Terrestre était presque sinistre : la brute connaissait ses compétences et savait ce qu'elle faisait. Il avait réalisé qu'il combattait un adversaire qui ne se comporterait pas comme les autres ; un ennemis qui le pousserait dans d'autres types de retranchements. Cast Bronze n'était pas un couard ni un imbécile : ce premier échange avait été surtout un moyen pour lui et son opposant de prendre la température. Cette fois, les choses seraient sérieuses.

Lorsqu'on avait besoin de s'entraîner un peu, de s'améliorer et de devenir le meilleur, il ne fallait pas voir peur de se faire mal. Le Baron Rouge n'avait pas peur de se froisser les ailes : il était sûr de lui et du fait qu'il ne serait pas toucher. Esquiver les obstacles, mobile ou non, était sa grande spécialité. Les coups de son adversaire étaient des obstacles, il n'avait qu'à faire comme d'habitude. Cela était même trop facile : il n'y avait pas de bourrasque ni rien pour le gêner. En revanche, la vitesse et la précision des coups de For'Other seraient de nouveau défis. cast ne se faisait pas d'illusion : il devait rester vigilant pour ne pas finir emplafonné ou se briser par un élément solide un peu trop rapide ou bien placé. Il devait donner tout ce qu'il avait, ne plus faire les choses comme lui avait l'habitude.

Il devait se dépasser, ne plus compter sur la médiocrité des autres pour rester le meilleur.

For'Other n'était pas un médiocre : il avait prouvé qu'il pouvait vaincre plusieurs types d'adversaires, peu-importe leur taille ou leur talent. Mais sera-t-il assez bon pour vaincre un champion de la voltige qui avait des années d'expérience en plus ? Cela se vérifierait prochainement. Le Terrestre s'approcha et lança aussi brusquement que violemment une attaque sur sa gauche. Peut-être testait-il les compétences et la vitesse du Baron Rouge ? Essayait-il de le jauger ou de le feinter ? Sa stratégie était aussi imprévisible que son regard était indéchiffrable. Mais en cas de danger, il existait une méthode très simple et efficace, surtout en cas de situation délicate à analyser : prendre du recule.

D'un brusque mouvement d'aile, Cast amorça un brusque mouvement arrière à la manière d'une pieuvre. Et comme les céphalopodes, il pouvait couvrir son esquive. Mais plutôt qu'utiliser de l'encre, le nuage de poussière et la projection de sable droit dans les yeux de For'Other. Et pour faire bonne mesure, le coup de rapière assené en même temps frappa le sabot qui avait manqué de peu sa cible. Dagger était rapide et habile, juste assez pour mettre en danger son agile objectif. Celui-ci grimaça et recracha sa rapière : la lame s'était tordue sans réussir à entailler la patte du monstre de muscle pourvu de sabot.

- La peste soit ses armes ridicules... Hrmf ! Une autre !

Cast prit à plein sabot son arbalète, mais il ne l'arma pas. Cela aurait certainement pris trop de temps, mais il n'avait pas l'intention de donner le spectacle pathétique d'un Pégase canardant un Terrestre impuissant à riposter. N'importe-quel Pégase pouvait le faire et le Baron rouge n'était pas n'importe-quel Pégase.

Profitant de son agilité et de son ennemi sans doute aveuglé par le sable dans les yeux, Cast fit une figure tournoyante pour envoyer un coup de crosse dans la mâchoire de son opposant. Contrairement à une fine lame de mauvaise qualité, l'arbalète était un modèle assez solide conçu pour servir d'arme contondante en cas de besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre 3PU + W
Terrestre 3PU + W
Messages : 598
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Jeu 4 Jan - 16:13

Les choses s’accélèrent brusquement, l’esprit de l’étalon s’emplissant d’un genre de bruit blanc :
Réfléchir n’était pas toujours la solution la plus efficace.
Cessant de penser pour agir, c’est tout l’allure de l’étalon qui changeât, pour le pire, laissant faire l’expérience. Plissant les yeux en accusant le coup du sable, l’étalon ne reculat pas, pire, il fonçat en avant :  Tordant la patte pour présenter son fer en avant, alors que Cast répliquait, l’arme du pégase se tordit d’un son sec en s’y fracassant.
Crachant bruyamment le sable, un œil difficilement ouvert, l’étalon se força à mettre un, deux autres pas en avant, Accule ! Surtout s’il ne prends pas trop d’altitude !

Incapable de totalement deviner la silhouette du pégase, l’ étalon attrapa du coin de l’oeil l’espèce de forme torsadé devant lui.
Une question simple parasitait toujours l’esprit des combattants. Une question fondamentale, qui se poursuivait depuis des génération.

Je me défends, ou j’attaque.
Polarisant, conflictuelle, on pouvait donner tout les sobriquet à cette polémique là. Toutes les écoles l’abordait à leur manières, contrer, parer, attaquer ? Sutemi, In-fight, Out-fight... tout ça… toutes ces questions…
Chacun se faisait sa propre idée, un jour, quelqu’un à dit, souriant :
« L’attaque est la meilleure défense. »

L’école de Dagger était un instinct, un réflexe inscrit dans ses veines,  à la seconde ou, de son œil plissé, il vit le pégase pivoter dans un geste qu’il comprenait mal, il vit sa nuque : C’était comme un éclair pour lui, presque un choc : Un principe simple que tout chasseur et tout prédateur connaissait :

Un ennemi qui te tourne le dos ne sait pas ce que tu fais.

Bondissant en avant malgré son manque de vision, la crosse fracassât son arcade, alors que, rugissant subitement, il fauchât tout l’espace devant lui : et, sentant son bras s’enfoncer immanquablement de son adversaire, il le catapulta directement contre le sol dans un choc brutal et grossier.

Aveuglé et la tête sonnant, l’étalon ne s’arrêta pas pour autant, mais ne sut pas ou poursuivre son assaut, sitôt un adversaire au sol, il aurait vite fait de l’exécuter. Mais dans l’espoir vide d’achever aussitôt le baron, il frappât de haut en bas, abattant sa patte comme une monstrueuse hache, mais ne cognant que le sable, emporté par l’élan, il dérapa au sol et se redressa, grondant d’un son grandissant : L’étalon sentit le sable mélangé au sang lui couler dans l’œil et s’essuya d’un geste si nerveux qu’il aurait pu se blesser, le sang battant à ses tempes : Les mots qui sortirent de sa bouche ne ressemblèrent à rien, ses yeux se fixant aussitôt sur le Baron, derrière lui à sa gauche : Le sang coulant toujours goutte pas gouttes de son arcade, un froissement envahi l’air, l’étalon levant sa patte en sautant droit sur son adversaire :

L’écraser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase
Pégase
Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 29

Feuille de personnage
Talent: Voltigeur
Rang: A
Faction: Cloudsdale
Mar 9 Jan - 2:09

Il se faisait vieux, son manque d'entraînement physique se faisait ressentir lorsque l'onde de choc se répercuta dans ses pattes pour remonter jusqu'à la base du dos. Voler ne donnait pas un véritable avantage offensif : en appuis sur rien, la force des coups était moindre qu'avec le sol comme support. Cast avait misé sur l'accélération brusque et sa cascade pour donner de l'inertie à la crosse de son arme. De plus, en visant le visage de son opposant, il avait fait de son mieux pour l'incapacité même sommairement. Il ne se faisait pas d'illusion : jamais il ne pourrait vaincre une telle montagne de muscle noueux et de force forgés par une vie de combat. Il fallait alors ne pas entrer dans son jeu : une partie perdu d'avance face à un champion de la castagne qui affrontait un voltigeur sans sourciller.

For'Other ne fit pas mentir sa réputation : il balayait de ruade devant lui sans se laisser avoir par le choc que la crosse d'arbalète et l'agilité du Baron Rouge. Mais ce dernier avait plus d'un tour dans son sac : il s'était servit de la tête de Dagger, par l'intermédiaire de son arme, pour prendre appuis et se dégager assez vite pour ne pas subir un coup trop violent. Cast avait l'habitude de négocier dans des espaces confinés et bondé, bien que lesdits espaces ne cherchaient généralement pas à lui faire de mal. La frappe de l'étalon Terrestre toucha bien le voltigeur, mais elle n'atteint que son manteau. Cela lui donna tout de même une bonne prise pour l'envoyer au sol d'une prise improvisée et puissante.

Le Pégase grimaça dans sa moustache lorsqu'il percuta le sable de l'arène, mais il en fallait plus pour stopper le Baron Rouge. Ce dernier avait appris à chuter depuis sa plus tendre enfance : une chose essentielle lorsqu'on apprenait à voler. Si depuis il répugnait à ce que le sol des Terrestres et autres créatures rampantes ne l'atteigne, il n'était pas non plus trop fier pour oublier comment atterrir de tout urgence. Il était même trop fier pour laisser un jour l'occasion à quiconque de l'humilier de la sorte en le faisant d'écraser. Cast roula sur le sol pour amortir le gros de sa chute et put voir le coup suivant arriver.

- Hrmf ! Lamentable !

Une attaque verticale, voulant user de puissance pour malheureusement sacrifier la vitesse. Ce Terrestre devait être soit fou de rage au point de vouloir écraser le Baron Rouge comme un insecte, ou alors il le prenait pour un débris. D'un battement d'aile puissant et expérimenté, le Voltigeur de renom fila dans l'angle mort de l'attaque et était déjà plusieurs mètres au dessus du sol lorsque le sabot frappa la poussière avec une violence inouïe.

- Cette farce a assez durée. Nous allons passer aux choses sérieuse...

Le Baron enleva son manteau d'un geste sûr de lui et le tendit pour que Cambouis, surgissant de nulle-part, l'attrape et s'en aille avec pour que son maître ne le salisse pas d'avantage. Toujours sans armer son arbalète, Cast lança en grommelant dans sa moustache :

- Grml... ressaisissez-vous. Vous ressemblez plus à une bête qu'à un Poney. Ne cherchez pas à les imiter : vous ne seriez qu'une vulgaire imitation, un fac similé.

Cast avait jaugé l'allonge du monstre qui fulminait en dessous de lui, il pouvait repasser à l'attaque sans mésestimer la porté des sabots plus durs que de la pierre.

Sans prévenir, le Baron rouge fondit sur le Terrestre, piqua, puis redressa au dernier moment quelques centimètres hors de la porté maximal du colosse, balançant son arme comme un projectile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre 3PU + W
Terrestre 3PU + W
Messages : 598
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Mer 10 Jan - 3:23

Ramenant sa patte à une position normale, l’étalon redressa dans un lent grondement son regard, fixant le Baron qui venait de décoller, et parlait, parlait… Bordel, mais c’était pas vrai, c’est une obsession ?

Battant des ailes, celui-ci se débarrassait de son vêtements, le rictus déformé de Dagger fondant lentement en une expression normale alors que l’espèce de serviteur hésitant quittait de nouveau l’Arène. Ballottant de ses ailes…
ROUGE.
Mutique, l’étalon, incapable d’atteindre le pégase était forcé d’attendre qu’il agisse, le Terrestre considéra la sacoche à son flanc, mais n’agit pas, laissant son ainé finir sa nouvelle tirade sans bouger des lèvres.
ROUGE.
La colère est une couleur qui à le goût d’un cri. Ça bouillonnait, silence… silence… ROUGE.
Un son inaudible secoua la gorge de l’étalon, dont le regard cilla une maigre seconde pour quelque chose de parfaitement indicible, revenant à la normale immédiatement : Le pégase lui avait filé entre les pattes, il manipulait son arbalète, l’expression plissé, l’étalon fit mine de plier son bras vers l’espèce de sac à son flanc… 25… encore 25…
Il n’armait pas l’arbalète, qui faisait donc t-il !? Les spectateurs geignaient : rare étaient les gladiateurs qui prenait le temps de se dévêtir en plain combat… L’expression de Dagger tremblait curieusement, ses lèvres remontant en une grimace :

Le pégase fondit sur lui, ROUGE ! Oubliant son précédent mouvement, Dagger arma son même bras devant lui, coupant le soleil et plantant ses yeux dans ceux de celui qui avait l’initiative de l’attaque, l’assaillant :
Le visage de Dagger venait de changer du tout en tout :

« - RARG ! »


-ZBRAK- Le pégase s’était soustrait à son attaque, mesurant précisement la distance de sécurité : Dagger aurait pu bondir pour essaye de compenser son esquive, mais les jeux du baron avait fini de grignoter le semblant de respect qui le gangrenait : ne restait que la colère et la discipline
S’il s’agit d’un yéti, commence par les pattes. D’un chien ? Par les dents. D’une licorne ? par la corne, d’un pégase ? Par les ailes : Retire les atouts de ton ennemi plutôt que gaspiller les tiens : Qu’est-ce qu’un adversaire sans armes ? Qu’est-ce qu’un lion édenté, un tigre aveugle et manchot ?

Dévore leurs cartes.


Le jeu du Baron tournait en rond : S’en rendait-il compte ? En tout-cas, Dagger n’y pensait pas, mais le voyait : Le pégase faisait un hit and run des plus prudent -méthode toute à fait logique, mais EXTRÊMEMENT desservie par son utilisation très incorrecte de ses avantages- , la diversion de son manteau débarrassé, il ne lui restait que la prudence pour ne pas être touché. Il avait brisé son épée seul. Et maintenant, il devenait prévisible :
Et maintenant, Dagger s’attaquait sciemment à ses armes : Il avait deviné que le Baron ne prendrait pas de risque, ce nobliard n’en prendrait sûrement aucun : Dagger venait de gifler l’arme avec laquelle le frappait le pégase, qui se sauvegardait prudemment derrière l’allonge que lui procurai la crosse de l’arbalète : Celle-ci explosa tout bonnement en une myriade de part. Le pégase remontant dans les airs, un court manche démoli entre pattes, Dagger articula finalement quelque chose, la voix envahi par une haine des plus sordides : « - Les Choses Sérieuses ? » Ce connard savait-il au moins qu’une arbalète n’était pas une massue ? Qui ne prenait pas au sérieux l’autre ? Le hit-and-run aurait très bien put fonctionner si le baron avait décidément ses armes comme elles étaient conçues pour fonctionner, peut-être.

Peu importe, plus d’arbalète, plus de menace à distance, le pégase pouvait encore amener des nuages, s’il se moquait décidément de tout respect au public, qui ferait vite d’écourter le match d’ennui : Il pouvait continuer à jouer de sa maîtrise du vol. Après tout, l’étalon était bien près à prendre tout les pains du monde si chaque tentative l’amenait plus proche de la victoire.
Combien d’enfant finisse par se faire mordre à jouer à retirer l’os sous le nez du molosse ?

Souvient-toi : L’animal acculé est le plus dangereux !
Dagger observa le pégase, hors de portée : Il venait de lui retirer la dernière arme qui le sauvegardait réellement du danger, et le Terrestre était dorénavant persuadé que le pégase allait trouver un moyen d’agir sans se mettre le moins du monde en danger : Si ressources il y avait, Cast Bronze allait les révéler maintenant :

Ou peut-être se battrait-il enfin, comme l’Arène le réclamait ? Le voyant soigneusement hors de portée, Dagger leva subitement les pattes se redressant un instant en laissant sa voix résonner dans toute l’Arène, giflant le public qui s’ennuyait d’une nerveuse surprise :

« - LE MATADOR NE SE RIT-IL PAS DU DANGER !?  ALLER !»
Ne se moquait-il pas des cornes comme du sang ? De la douleur comme de la mort !?
« - VOLTIGEUR ?! OU VOLAILLE ? VIENS! BRAVE LE DANGER ! BRAVE MOI ! » Hurla le Terrestre, agitant ses pattes dans un silence ébahi : les spectateurs explosèrent immédiatement en retour : C’est vrai ! Les pégases n’étaient-ils pas les maîtres du spectacle ? Combien de fois avaient-ils tremblé, frissonné, en voyant les habiles épéistes se soustraire aux grands moulinets des colossaux minotaures ? Combien de fois l’étalon lui-même avait-il mordu la poussière, la glotte chatouillé par la lame habile d’un escrimeur comme effacé sous chacun de ses coups ?

Si les Terrestres combattaient, les Pégases dansaient ! Et si cette Etalon chassait, ce Baron FUYAIT ! QUELLE ÉTAIT CETTE MASCARADE ? PAYAIENT-ILS POUR CELA ?
Le sang injecta le cerveau de l’étalon, dont le sourire trancha le visage : gladiateur avant tout ! Il céda soudain à la réclamation du spectacle. Sa patte fouilla nerveusement sa sacoche : L’étalon disposait d’un moyen de l’atteindre dans les airs, mais il l’avait jusqu’ici réservé pour de réelles opportunités : Ce n’en était pas une.

Mais n’était pas ici pour divertir ? Les sphères fusèrent vers Bronze, qui, certes, ne pouvait pas en deviner le fonctionnement, mais sûrement en deviner le danger.

Avec un son terrible, la première grenade à vapeur éclata, quatres autre suivant la précédente, le baron devenant une tache rouge entre les trajectoires.
Un voltigeur, n’est-ce pas ?
Alors VOLTIGE !

(Quantité d’étincelles de Dagger : 25 - 5 = 20)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase
Pégase
Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 29

Feuille de personnage
Talent: Voltigeur
Rang: A
Faction: Cloudsdale
Sam 13 Jan - 19:28

Le combat était déjà perdu d'avance : qu'est-ce qu'un vieux pégase pouvait faire face à une brute épaisse qui combattait depuis un bon moment déjà toutes les créatures existantes, ou presque ? Rien, Cast Bronze en était conscient. Il avait compris dès le premier regard qu'il allait simplement à l'abattoir s'il jouait le jeu truqué de cette mascarade. Le public devait vraiment le prendre pour un imbécile s'il se jetait dans les pattes de ce monstre : le Baron était venu dérouiller un peu, pas finir à la casse. Il n'avait que son agilité et sa maîtrise du vol, rien d'autre. Compter sur la force ou le fer des armes n'était que pure folie. Non, il devait trouver une ouverture et frapper pour au moins tenter une attaque qui ne serait pas la dernière.

Dans ses voyages dans les pays secs, Cast Bronze avait vu des guêpes s'attaquer à de grosses araignées bien plus mastoc et gagner. For'Other était comme une mygale belliqueuse, une force de la nature qui chassait et ne laissait aucune chance. Le Baron Rouge n'avait pas la prétention à être une guêpe et l'image d'un matador ne lui traversait même pas l'esprit. Il détestait qu'on fasse du mal aux animaux, encore plus pour distraire les autres. Pour lui, le spectacle d'une joute truquée entre un combattant assoiffé de sang et un paisible bovin était une parfaite démonstration de barbarie. Même les "sauvages" respectaient plus les animaux, alors pourquoi le Baron serait-il un zigoto avec une tenue ridicule qui attaquerait quoi que ce soit ? Il avait pris une arme d'entrainement, une arbalète en cas d'urgence et son compas de lumière pour au moins ne pas être sans ressource. Mais tirer à distance sur une cible clouée au sol était parfaitement dégradant !

- Hurmph... Nous ne sommes pas venu pour nous casser les dents comme les autres imbéciles. Nous sommes ici pour autre-chose.

Cast savait ce qu'il faisait : il comptait prouver qu'être le meilleur ne se réduisait pas à être le plus dangereux. Être le meilleur était aussi savoir échapper au danger. En ce monde, il fallait survivre, pas se faire tuer. Cette brute de Terrestre était comme une montagne grossissant peu à peu, écrasant tout sur son passage. Mais même les montagnes s'usaient, se morcelaient et commençaient à s'effondrer. Le Baron lui était comme une rivière, sillonnant et trouvant son chemin malgré les obstacles.

For'Other recherchait la puissance pour la puissance, Cast Bronze l'excellence pour le progrès. Si le Baron Rouge échappait et tenait bon face à la tempête, il montrerait aux autres Pégases que la force ne faisait pas tout. Si un jour le champion de l'arène tombait sur plus fort que lui, il tout son chemin parcouru s'avèrerait futile s'il venait à tomber devant lui. Sans doute le chasseur survivrait, mais certaines blessures pouvaient l'incapaciter à vie et diminuer ses chances de continuer son parcours. Là, il avait peu de chance d'être gravement blessé et il devait faire face à un nouveau défi : être plus habile qu'un voltigeur expérimenté. Il devait donc faire comme Cast : s'adapter au mieux et ne pas perdre son calme.

Pourquoi fallait-il donc que ce Terrestre se mette à beugler comme ça ? Voulait-il juste casser des têtes et se défouler sur un Poney ? La bonne affaire ! Il devait sans doute être frustré et énervé, mais contre ça la colère ne pouvait rien y faire.

- Hurmf ! Vous vous trompez, Terrestre. Nous ne sommes pas là pour faire couler le sang, mais pour nous mettre à l'épreuve. Si la violence et la seule chose que vous cherchez, vous n'avez rien à gagner ici...

Le Baron se moquait de l'avis du public : être l'idole d'une foule abreuvée de violence et de combat sans raison était la pire des insulte. Non, le Baron Rouge était connu chez les Pégases comme étant un voltigeur, pas un gladiateur. L'armée Pégase privilégiait la vitesse, la discipline, l'adresse et la mobilité. Si un des représentant officiel de cette glorieuse race répondait aux provocations d'un Terrestre ne voyant pas plus loin que son objectif tracé dans la violence, Cast ne pourrait plus se regarder dans un miroir. Pourquoi se jetterait-il dans la gueule du loup ? Pour étancher la soif de sang de Poney qui n'avaient rien à faire de lui ?

Alors qu'il s'apprêtait à plonger pour retenter une attaque sur For'Other, le vieux Pégase aperçu, bien que trop tard, les multiples projectiles que lui envoyait son adversaire ulcéré.

- Des petits cailloux ? Grml...

Soit le Terrestre était furieux au point de provoquer Cast, soit il pensait sincèrement l'attaquer à distance ce cette manière. Lorsque la première explosion brouilla la vue du vieux Pégase, celui-ci n'eut que ses réflexes et son talent pour échapper au plus gros de la tempête qui se déchaînait autour de lui. Cette attaque soudaine et brusque prouva que ce Terrestre n'était pas sans ressource et déterminé à retourner l'élément du Baron contre lui.

Ce dernier avait piqué en flèche, se prenant le souffle inesquivable des explosions, négociant du mieux possible pour ne pas perdre trop de plume. La gravité plus l'impulsion accentuait la vitesse, la douleur pulsant dans ses ailes alors que ses oreilles bourdonnaient à cause des détonations. Mais il fallait serrer les dents et tenir bon : flancher maintenant signifiait accorder la victoire à For'Other, une victoire qui se conclurait dans le sang et la violence aveugle.

Redressant au dernier moment, Cast fila en rase-motte avec un carreau d'arbalète entre les dents. Ses ailes étaient blessé, mais il pouvait au moins finir sa manœuvre...

La vitesse plus le coup porté enfonça la carreau dans la patte arrière de For'Other alors que le Baron atterrissait à plusieurs mètres de lui.

Il se retourna, les ailes endommagées, mais l'air toujours aussi fier et désabusé qu'à l'accoutumé :

- Ce n'est pas un combat comme vous avez l'habitude de livrer, c'est la force contre la voltige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre 3PU + W
Terrestre 3PU + W
Messages : 598
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Sam 13 Jan - 22:17

Un silence flou couvrit l’arène alors que les premières grenades explosèrent, Dagger, arrêtannt sa patte à la cinquième jeter, en oublia son rire à gorge déployée : émergeant de la première déflagration, tournoyant et filant comme une flèche, Cast Bronze, débarrassé de son manteau, n‘en gagnait que plus en agilité.

Loin du sol, loin de sa crasseuse confrontation. Ses talents brillèrent en cet instant, que ce soit dans l’Arène, à l’extérieur,ou entre ses murs, les regard se levèrent un moment vers le ciel, quelques lèvres murmurant craintivement leurs impression : Ses pattes appuyé contre les barreaux, Fuzzy’Waycher, qui jusqu’ici observait Dagger s’oublier dans son excitation, entrouvrit ses mandibules, les yeux écarquillés :

« - Nom de... »

Par tout les diables… Comment les pégases pouvaient-ils voler ainsi ? L’étalon avait pressenti qu’il pressait la situation en en venant à user des Étincelles, qu’il économisait normalement pour des occasions plus définies. Mais bon dieu ! Gagnant en vitesse, pourtant ballotter par le souffle des explosions, les ailes du Baron Pourpre se déployèrent, giflant l’air et dirigeant son indescriptible silhouette en travers des explosions. Redressant sa trajectoire alors qu’il frôlait le sol, le vent déployé

« Il vole. » Songeât Dagger. Comme si ce mot n’était en aucun comparable à ce que pratiquait les autres espèces pourvus d’ailes: Non, Cast ne volait pas: Il voltigeait.
Que c’était beau.

« - DAGGER ! »Rugit la changeline, frappant contre les barreaux de fer de toute ses force, l’expression congestionnée par la panique :«  - DAGGER ! BOUGE ! » Hurla t-elle encore.

Hein ?

Le temps reprit son cours alors que l’étalon sentait son genou se tordre et sa chair se déchirer : Un cri de surprise et de souffrance pure lui échappa alors qu’il roulait contre le sable, ses dents s’écartant sur un gémissement muet. Le pégase, les ailes en réalité blessé par le souffle des explosions, glissait à son tour hors de son mouvement. Cast avait en effet puisé dans ses ressources : et quelle ressources ! Ayant filé comme un éclair rouge à travers le Terrestre, l’étalon comme renversé, soufflé par son passage ! L’esprit de Dagger vacillait, tordu par un conflit entre sa nature et sa discipline : Le carreau avait percé de part en part sa jambe : La douleur d’avoir un objet immobilisé dans le corps était surprenante : Les gladiateurs le savaient tous . C’était un mécanisme du système nerveux : celui-ci renvoyait bien la douleur d’un choc, d’une coupure… mais avoir quelque chose là ou rien ne devrait se trouver… le corps haïssait cela, hurlait sa détresse à  travers d’affreuses vagues de douleur, de peur :

Les dents crissant et les yeux écarquillés, le Terrestre se retournait sur le dos en mordant la tête de la flèche, alors qu’explosait en de nouveau vivats l’Arène, célébrant l’action, qu’il veuille ou non, du combattant qui se tenait encore debout : Celui-ci s’empressant de rompre cet instant d’une nouvelle démonstration de son caractère pompeux et hautain. S’oubliant dans de nouvelles insultes plutôt que de pousser son tout nouvel avantage : Peut-être Dagger n’aurait-il pas du lui répondre plus tôt, cela semblant provoquer le pégase à se remettre à discutailler à la moindre occasion.

Sentant sa conscience refluer vers ses souvenirs, l’étalon ferma son esprit à l’écoute, à la réflexion: C’était quelque chose qu’il savait faire, s’oublier dans l’action. Se perdre dans son propre corps : Comme cesser d’être conscient. Cesser d’écouter, sans changer le moins du monde sa façon d’agir, s’en remettre à ce à quoi il savait se fier :
Ses pensées, Son corps, son instinct, Fuzzy :

« - Ne fait pas de vaincre une obsession, Dagger La seule obsession, ce doit être...»
Qu’avait-elle dit, déjà ?

Avec un son clair, le bois se rompit, et Dagger fit tomber la tête de carreau, avant de tirer de ses dents le reste du corps de l’arme hors de sa patte, la douleur devenant comme une chaleur brûlante, une sourde sensation qui réduisait tout le reste au silence : Ses yeux se fixèrent, injecter d’un rouge sanguin, sur son adversaire, ses dents distordus dans un sourire des plus malsain : Sourire qui s’estompa, ses pensées prenant le pas sur ce qu’il ressentait :

Fuzzy, qu’avait-elle dit ?
« La seule obsession, ce doit être... »

L’étalon se releva, presque, sa patte arrière tressautant d’un vivat, le sang refluant dans le muscle jusqu’ici douloureusement contracté par la surprise, le front caressa le sable, l’Arène s’estompa, ne restant que sa posture basse, son sourire évanoui, les yeux plus petit, et le pégase, de profil, dont les lèvres s’agitait sur quelque chose.
Et cette silhouette, aux corps troué, les pattes crissant contre les pans de sa prison, qui le hélait à en perdre la voix.

Plus de cartes, plus de tour, plus de fuite et plus de mots.
Enfin à son tour de poser ses atouts, ou plutôt son atout, sur la table :

"Ah, je me souviens." Réalisait-il en se redressant finalement. S’avançant directement vers le pégase, sa cuisse voulut se plaindre, mais garda li silence. Un sérieux, non, une espèce de calme froid envahissait l’étalon : le dépossédant de sa précédente éruption.
Survivre.

Dagger se mit à trotter, s’avançant sur son adversaire. Un chasseur doit décider quand il doit finir sa chasse, il doit savoir quand son action sera la dernière, couper les échappatoires, couper les aléatoire, et mordre pour tuer entendit-il murmurer la voix de son père dans sa tête: glissant la lanière de sa sacoche directement entre les dents. L’étalon galopa vers le pégase, se pliant pour le frapper! Son museau frôlant le sol alors que comme un rocher, son sabot filait droit vers la poitrine de Cast !


DERNIER TOUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pégase
Pégase
Messages : 47
Date d'inscription : 27/07/2017
Age : 29

Feuille de personnage
Talent: Voltigeur
Rang: A
Faction: Cloudsdale
Ven 19 Jan - 2:18

Pour la première fois depuis longtemps, le Baron Rouge peinait à retrouver son second souffle. L'action était à son paroxysme et la botte secrète de son opposant lui avait fait laisser des plumes ; littéralement. Peut importe l'arme qu'il avait utilisé, elle était redoutable et efficace contre une cible volante. Cast Bronze avait éviter les blessures irrémédiables aux ailes grâce à son agilité et à ses bons réflexes. Mais malheureusement, il était cloué au sol, la pire humiliation pour un champion de vol comme lui. Mais son honneur était relativement sauf dans cette déconfiture : il pourrait encore voler une fous quelques semaines de repos. Perdre ses ailes étaient un sort pire que la mort pour le directeur de la Flight Academy. Encore fallait-il qu'il puisse survivre à ce qui allait suivre. Il n'y avait au final que peu de chance que le béhémoth ne s'arrête avec un carreau dans la jambe : ses yeux fous et son rictus démontrait qu'il n'était plus qu'une fureur aveugle, un être prêt à détruire par pure frénésie.

Même un animal acculé n'avait pas cette aura meurtrière, aucun Poney même vicieux ne pouvait souhaiter autant de violence et de carnage. Pour le Baron, il fallait laisser les brutes s'entretuer, s'user elles même dans leur vie sans but autre que se détruire à petit feu ou à ravager ce qui se dressait en face d'elles. C'était pour ça que la confrontation avec le Pégase rouge ne se passait pas comme un combat ordinaire : l'un cherchait à briser en se confrontant à un combattant, l'autre à tester ses limites en échappant à la mort. Un baptême du feu qui était osé pour cette vieille branche de Cast Bronze, mais qui avait prouvé que même un non-combattant, par sa maîtrise et sa fierté, pouvait aussi donner le ton et échapper à ce qui aurait broyé n'importe-qui.

Respirant difficilement, Cast observa son adversaire avec une résolution indéfectible dans le regard. Il n'avait pas encore dit son dernier mot, pas avant d'avoir fini cet échange. Il devait prouver à lui et à ceux qui l'observait qu'il n'était pas simplement un voltigeur ; il allait démontrer ce qu'était de la voltige de haut niveau. Les idiots assoiffés de violence ne verraient que des pirouettes pour gagner du temps, les plus fins verront ce qu'est une maîtrise des éléments sans ruse ni magie : uniquement le talent et l'efficacité. Au fond, Cast n'attendait plus rien de sa vie. Il finirait surement comme son père : oublié de tous et laissé dans les oubliettes de l'histoire. Alors quitte à avoir une fin, autant qu'elle serve à quelque-chose.

For'Other se battait pour la gloire et pour éprouver ses limites, Cast Bronze voulait que son savoir faire perdure dans la mémoire ce ceux qui l'observaient.

Au fond, étaient-ils si différent ?

Ce qui changea dans l'expression féroce du Terrestre commença à conforter Cast dans cette idée. Brusquement, il semblait plus concentré, plus lucide. Qu'était le plus effrayant ? Le fait qu'il se débarrassa du carreau sans un cri ni un gémissement, ou qu'il avait comme une nouvelle intention plus dangereuse car réfléchie ? Le Baron Rouge n'en avait aucune idée. Il avait lui même évité de bouger pour reprendre des forces, ne pouvant pousser son avantage au delà de la performance qu'il avait accompli. L'âge était une maladie plus handicapante et redoutable qu'un mal qu'on pouvait soigner. Lorsque le poids des années se faisait sentir, on devenait moins endurant, moins solide, plus facile à épuiser. Cast avait encore de la réserve, des forces sagement économisées, mais il l'avait déjà bien trop entamé. Il ne pouvait plus faire demi-tour, ni avancer. Non, il n'aurait jamais le temps et la force de continuer cet affrontement en une ultime frappe.

Même s'il n'avait plus de rapière, plus d'arbalète et plus de carreau, Cast Bronze, le Baron Rouge, n'avait jamais tout misé sur un plan A, ni laissé seulement un plan B. Il se facilitait la vie et donnait le ton, même contre une force incommensurable et irrésistible comme le Terrestre. Celui-ci savait ce qu'il faisait, depuis le début. Il n'était plus cette masse de colère et de fureur prête à se vider de ses forces comme de son sang en une marée de violence. Non, il était... calme, concentré. Sa prochaine attaque serait pensée, calculée. L'expérience du combat et cette soudaine reprise de son esprit trahissait un être qui ne pouvait être arrêter dans un combat singulier. Le Baron se doutait si son dernier recours allait suffire...

- Hrmf... vous avez été le meilleur dans cette arène...

Alors que la masse fonçait sur lui, plus menaçante qu'une avalanche, Cast soupira. C'était son dernière mouvement, la dernière carte qu'il lui restait. Suffirait-elle ? De toute manière le Baron avait perdu en mettant le sabot dans cet endroit. Qu'était-il au final ? Un sang-bleu mal-aimé, un non-combattant, un vulgaire voltigeur dont l'art et les compétences n'intéressaient que ceux qui voulaient les apprendre pour eux tous seuls. Mais le Baron Rouge s'était autrefois illustré dans une bataille où son sens pratique, ses compétences et sa valeur avaient été reconnus. For'Other n'était pas une baleine de glace de la taille d'une petite ville, mais il était tout aussi dangereux à son échelle. Dangereux et contrairement à la créature maudite, il avait été un adversaire honorable.

Lorsque le chasseur avait user de son arme secrète, il avait scellé l'issue de l'affrontement. Cloué au sol, blessé, Cast était une cible facile dorénavant. Mais ce dernier ne s'avouerait pas encore vaincue : il avait lui aussi une petite surprise avec lui. Pourquoi s'était-il éloigné au maximum après avoir blessé à la jambe son opposant ? Pourquoi avait-il préféré garder son souffle et le reprendre même rien qu'un peu ? Pourquoi était-il calme, comme attendant le coup venir ?

Cast Bronze n'avait pas encore montrer ce qu'un voltigeur pouvait faire.

Lorsque le sabot arriva, puissant et guidé par toute la force et la détermination du Terrestre, les ailes du Baron brassèrent l'air une dernière fois. Le coup aurait du frapper le thorax du Baron, mais ce fut son bassin qui prit l'impacte. Un poil trop tard, Cast Bronze avait usé de ce qui lui restait comme force pour faire un grand bond en hauteur. Il n'avait pas fait la meilleure esquive surprise, il se faisait vieux. Au moins, l'os du bassin était solide et ne se brisait pas, mais pas sûr que le Noble marcherait avant un moment.
Serrant les dents sous la douleur qui explosa dans ses reins, Cast fini son saut périlleux, sorti de sa veste le Compas de Lumière qu'il avait au préalable détaché de son arbalète qu'il avait jeté sur son adversaire, le pointa encore en l'air vers une cible impossible à rater, puis l'activa...

Le rayon chargé à pleine puissance frappa For'Other dans le dos et projeta Cast au sol.

Roulant dans le sable, brisé, le Baron Rouge parcouru encore quelques mètres, puis cessa enfin de bouger. Sur le dos, pour faire face au ciel dont il était le maître, Cast Bronze soupira douloureusement, las :

- Dans la vie... il ne suffit pas d'éviter de tomber. Dans la vie... il faut savoir se relever...

Un ricanement plus tard, il conclu :

- Mais dans la vie... il faut savoir aussi rester au sol : on ne peut pas tomber plus bas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
For'Other VS Cast Bronze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cast up
» yoga, chevalier de bronze l hydre femelle
» Kira, Chevalier de Bronze du Phénix
» Altia Verana, Bronze Saint du Puma
» Gallen, Chevalier de Bronze du Lynx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Little Equestria :: Equestria :: Other dimensions :: Colosseum of Eternara :: Arène volonté du peuple-
Sauter vers: