Partagez | 
 

 La Terre Promise - Terrestres - Acte 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Dim 29 Jan - 16:16

Le membre 'Chancelor Puddinghead pnj' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre
Terrestre
Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 27
Mer 1 Fév - 0:19

Très mauvais, c'était très mauvais. Avec son agilité surnaturelle, le Chancelier était passé derrière elle sans le moindre soucis, mais le calme de sa réaction n'en diminuât pas l'angoisse qu'en ressentait Smart Cookie : C'était là un ton qu'elle ne lui connaissait pas souvent, un ton de dirigeant, un ton impérieux.
Puddinghead n'était pas qu'un clown. C'était le plus puissant de tous, un Clown qui, aux yeux de ses rivaux lors d'une conférence, tenant entres ses sabots nerveux le peu de nourriture qu'il restait à Equestria. Un Clown dont la voix commandait les Poneys les plus robustes que portaient encore cette terre.  Un être dont l'on se moquait pour ne pas en avoir peur.

Smart Cookie était une fervente admiratrice du Chancelier : Elle connaissait de lui la plupart de ses défaut. Mais cela n'entamait en rien sa loyauté silencieuse : Le Chancelier était tout ce qu'elle n'était pas. Confiant, Fort, Imperturbable, comme le prouvait sa réaction. Et surtout, surtout, populaire.
Mais elle avait ce qu'il lui manquait, du discernement. Du… pragmatisme. Et elle savait une chose qui la fit frissonner plus fort que le froid ne le pouvait.

Un Roi sans soldats était un Roi sans autorité. Les gens ici… n'étaient pas de nature à ce laisser impressionner par la simple autorité naturelle d'un excentrique. Certain avait du respect pour les titres, d'autre, pour la patrie.
Et certains, n'en n'avait aucun. Se retournant difficilement, sentant l'une de ses pattes flotter au-dessus du vide, Smart Cookie se retint de mordre ses lèvres. Blêmissant : l'incroyable déclaration du Chancelier était bien plus qu'un ordre. Pour certains, ça pouvait être une menace : Une invitation à la destitution rapide et brutale de Puddinghead : Personne n'entendrait les nobles crier ici. Bon sang.
Bon sang.

Fit-elle, en rencontrant du regard le groupe qui se dessinait derrière eux:Wild Spirit, respectueux de l'ordre hiérarchique, c'était précipiter pour retenir le mercenaire, et les deux rixaient dangereusement. Fleurtant avec le vide et la mort en contrebas. Mais irait-il jusqu'à obéir à de telles déclarations ? Des menaces de mise à mort ? De jugement ? Certes, l'irrespect et l'acte puéril du jeune guerrier valait bien de telles piques.

Mais l'endroit, lui, n'y était pas propre. Encore moins la demande. Et le ton.
Le Chancelier jouait ici d'instinct toute son autorité : Avait-il le statut pour donner des ordres, ici ? Etait-il le plus qualifié pour ? Jusqu'ici, la question n'avait pas à être posé, mais Puddinghead venait de lui-même la faire réapparaître dans tout les esprits.
Et finalement, les yeux de Smart Cookie se vissèrent dans ceux de l'étalon auquel faisait face le Chancelier.

Pouvoir par démonstration. Autorité par illustration. Si le plus grand et le plus menaçant des guerrier encore debout obtempérait : Qui irait défier l'autorité du Chancelier ?
Mais ce n'était pas là la question : pensât-elle, en se dressant difficilement derrière celle dont elle respectait jusqu'à la simple silhouette.
For'Other obéirait-il ?
Chasseur, veuf. Poli mais isolé, gentil mais muet. Au métier obscur pour bien d'autres : Rien ne reliait cet étalon au monde du Chancelier, pas depuis qu'il avait décidé de se marier à une griffonne qui ne pouvait vivre au milieu de ceux de la race de son mari.

« - Procédons ... » Murmurât-elle,s e motivant. « -Allez, continuons ! Nous n'avons pas de temps à perdre ! » Fit-elle. Plus fort, invitant Dagger à obéir et à avancer.
Celui-ci lui rendit son regard, le Chancelier s’éclipsant pour s'occuper de son couvre-chef.

Quelle forme de patriotisme pouvait avoir un tel homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Mer 1 Fév - 0:19

Le membre 'Smart Cookie' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre 3 PU
Terrestre 3 PU
Messages : 466
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Sam 4 Fév - 10:53

Aucun.
Simplement aucun.
Le sens du ''patriotisme'' était inexistant chez Dagger. Plus que par ses choix de vie, son éducation lui avait inculqué un certain égoisme. À l'opposé de ce qu'indiquait son nom de famille : Il fallait d'abords à un Chasseur apprendre à devenir totalement indépendant, à se reposer sur ses seules capacités de survie avant de penser à celle d'autres.
L'on disait que le nom de sa lignée venait du prétendu pseudo-sacrifice que faisait les chasseurs en se condamnant à une vie désagréable pour protéger celle-d'autres. Comme un soldat le ferait en allant combattre non pas des bêtes sauvages, mais d'autres soldats adverses.
Mais l'étalon ne l'avait jamais ressenti ainsi, ça avait été le sujet de longues discussions avec son père, de troublantes réflexion. Le temps pervertissant ses objectifs. Dagger ne voyait plus que des provisions, des chiffres, des besoins qu'il devait satisfaire, une maison qu'il devait chauffer : La sienne, pas celle des autres. La noblesse ne lui inspirait ni mépris, ni respect.

Que de la crainte.
Et ce fut la seule chose qui perturba sa décision, les yeux de Dagger se perdirent dans le vide, fixant le blizzard derrière le regard du Chancelier. Et, comme à chaque fois qu'il hésitait : Il laissa la discipline agir à sa place : Que ferait un chasseur ? Il remua les lèvres sans parler, comptant des détails invisibles.
Un guerrier, un Chancelier. Une toundra, des menaces. Un acte dissident, une boule de neige et un chapeau gâché. Un payement inadéquat, des risques inutiles, un poids supplémentaires. Un risque d'être hors-la-loi, contre un risque de mourir. Dénué d'un ailier armé d'un bouclier contre un crétin armé d'un chapeau.

Le terrestre relâcha difficilement la hache qu'il serait contre son flanc, ayant réagi nerveusement quand Darklight avait commencé à injurier le Chancelier.
Les lèvres du Terrestres remuèrent. Et ses yeux plongèrent sur la nuque du Chancelier, qui en retournait à ses affaires, entendant être obéit sans autre forme de procès.
Seule l'air désespéré de Smart Cookie répondit à son hésitation.

« - Non » Fit le Terrestre. « - Je ne suis pas payé pour ça. Et je ne suis pas Soldat, je n'applique pas la loi : Une objection ? » Fit-il, se retournant en plaquant sa patte contre la paroi, toisant nerveusement le duo entremêlé au sol et Crystal Spark.

Il avait froid, il le ressentait enfin, exposer au vent sur cette fichue paroi. Le vide le rendait nerveux, ce n'était pas un endroit ou il faisait bon perdre du temps. Levant la patte et se tordant le cou, Dagger observa le soldat en armure, qui semblait encore grommeler : Il ne semblait pas s'arrêter, le froid et l'attitude du Chancelier avait eu raison de son calme. Et Dagger se détourna sa patte glissant nerveusement contre son piolet… S'avançant vers la Conseillère, il fouetta l'air et fichât le piolet dans la paroi, le saisissant et s'assurant sur celui-ci pour la dépasser malgré sa grande masse.

Atteignant le Chancelier qui époussetait son chapeau plein de neige, l'étalon fut tenter de l'aggriper. Mais il souffla : Plus suppliant que sur de soi :

« - Le ligoter ici, c'est le condamner à mort : Ses extrémités gèleront, il alourdira quelqu'un. Et si la moindre embuscade de je ne sais quoi arrive, il sera sans défense : Je ne suis pas un tueur. Je refuse. »

''Menteur'' Sifflèrent les voix des bats, aux visages oubliés. Dagger frissonnât, et poursuivit.
« - Je ne me mettrai pas en danger ni pour lui, ni pour vous. » Grelottât-il, ses dents claquant, repoussant les voix de ses victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Sam 4 Fév - 10:53

Le membre 'For'Other' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Selludite 1PU
Selludite 1PU
Messages : 2075
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 30

Feuille de personnage
Talent: Architecte
Rang: S
Faction: Earth
Sam 4 Fév - 13:18

Il ne manquait plus que ça, c'était dans un sens inévitable, j'imagine ? La discorde arrive toujours quand un projet difficile ou une situation sans issue se projettent face à nous comme un mur sans fin. Tellement d'énergie dissipée dans le vide, néanmoins, il est réellement temps de faire un choix, j'observe ce qui se passe, d'un côté notre chef suprême, celui qui a tenu la tête haute face aux deux autres nations faisant tout pour nous racketter... Mais qui en lui-même ne semble pas pouvoir se protéger même si lors d'une intrigue il est certainement à même de se battre par sa verve ? De l'autre un mercenaire, équipé, aussi fatigué que n'importe quel autre et qui malgré son exaction, qui est certainement plus dû à l'accumulation de frustration et de désespoir qu'autre chose n'en reste pas moins grave. Une figure d'autorité ne le reste que si elle continue d'inspirer celle-ci...

Pendant que je réfléchis, le colosse répond en premier, il restera neutre si je comprends bien ? Mais il a raison, le ligoter serait créer un poids mort et le condamner à mourir aussi efficacement que de le jeter d'une falaise. Puisque le chancelier a dit lui-même qu'il ne le ferait pas passer par le bourreau c'est une contradiction que je ne préférerai pas mettre à l'épreuve. Maintenant que tout cela est dit, tout le reste est une affaire de choix, je pourrais attendre que tout le monde se place d'un côté ou de l'autre de la ligne, ou alors... Essayer de faire en sorte qu'on n'ait pas à le faire... Mais comment ? Est-ce réellement possible ? Le problème n'est pas vraiment de savoir qui a raison, mais est-ce que cela à une vrai importance alors que le froid menace de détruire nos nations et qu'on gâche nos chances de réussir à sauver ceux qu'on aime à se battre entre nous ?

Je me place entre le chancelier et le soldat, s'il doit vouloir l'attaquer en réponse à sa condamnation alors je le bloquerai sans hésiter de mon propre corps... Même si je ne garantis pas mes réflexes par ce froid et avec la fatigue qui m'assaille. Patriotisme ? Si seulement... Non, c'est la logique, si cette expédition rate, alors à moins qu'un... C'est quoi ce terme du théâtre ? Ah oui, a moins qu'un extraordinaire deus ex machina nous sauve, alors tout est perdu. Cette expédition est le reflet de notre impuissance, mais aussi de notre détermination à ne pas nous laisser faire. Bon, ce n'est pas très poli de parler en étant dos à notre souverain, mais je ne peux pas m'assurer que l'autre ne lui saute pas à la gorge sans l'observer... Je réfléchis à mes paroles autant que le froid me le permet, je n'ai ni le charisme ni la voix assez ferme pour rendre un discours réellement efficace, sans parler du fait que je tremble comme une feuille-morte et mets toute ma volonté pour rester audible et intelligible au milieu des éléments. En tout cas, j'espère que l'idée derrière celui-ci saura au moins les faire réfléchir.

"Chancelier, il a raison, ce serait une perte de temps et d'énergie d'obéir à votre ordre. En plus de contrarier votre parole de ne pas le mettre à mort.

Parler autant par ce froid est un vrai calvaire, mais il faut le faire. Cette fois-ci je m'adresse au mercenaire.

"Monsieur... Il va réellement falloir qu'on se présente tout de même... Enfin c'est un autre sujet. S'il vous plaît, je me doute que vous soyez aussi fatigué et désespéré que nous le sommes tous et toutes, mais je vous en conjure, gardez votre calme. Nous sommes tous à un tournant de nos vies, nous pouvons gâcher nos chances à nous entre-déchirer ou nous pouvons continuer à coopérer pour notre bien commun. Je vous en supplie, nous avons réellement besoin d'être unis face à cette crise. N'oubliez pas que derrière nous, une nation entière nous attend dans l'espoir de bonnes nouvelles, d'un meilleur lendemain. Je refuse de fouler du sabot leurs rêves et leurs attentes comme un simple paillasson. Si je dois continuer et mourir seule, alors soit. Sinon, nous pouvons mettre notre énergie en commun, avancer pas après pas comme un seul poney vers un meilleur lendemain forgé de nos propres sabots."

Je me tourne vers notre supérieur, espérant que l'étalon armé à eu le temps de reprendre son sang-froid, je suis sûr que c'est de l'exaspération et non un réel acte de méchanceté qui la poussé à faire ce qu'il a fait. Après tout moi aussi j'ai ressentit ce quelque chose qui montait en moi, ce même malaise même s'il n'a pas bouillonnai aussi fort.

"Chancelier, s'il vous plaît, annulez votre ordre. La nature elle-même est un antagoniste suffisamment rude pour ne pas nous diviser, je sais que vous prendrez la bonne décision."

J'ai beau lui demander poliment, mon regard est plus implorant qu'autre chose, je me retourne vers le mercenaire alors qu'une larme se cristallise de froids sur mon visage... Bon, c'est plus par douleur à cause des intempéries que par sentiment, mais ça ne peut pas forcement se deviner à ce moment précis.

"Tout le monde est à bout, même si vous doutez de nos chances, vous êtes quand même l'un des nôtres. Restons ensemble, je vous en prie. "

Finalement, je m'approche de lui et lui tends un sabot amical, priant intérieurement pour qu'il fasse ce qui pour moi est le bon choix. Il peut le refuser, me snober, me frapper si ça le démange, me faire un câlin, m'embrasser ou n'importe quoi... Je ne le prendrai pas mal tant qu'au final il reste parmi nous. Mais j'espère qu'il fera le choix de la cohésion, de la survie... De rester ensemble.

"Je suis Crystal Spark, quelles que soient vos raisons et vos motivations, on a besoin de vous comme de chacun d'entre nous. Je vous en supplie ne nous abandonnait pas."

Bon, tout cela est rempli de sentiment, mais vu la pause prolongée qu'on effectue, je menace de tomber inconsciente et frigorifier au sol a n'importe quel moment, surtout que j'ai mis bien des forces à réussir à parler de manière claire et presque sans balbutier. J'espère que cela a été un minimum convaincant, même si je suis loin d'être en position d'être crédible si on met tous les facteurs ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Sam 4 Fév - 13:18

Le membre 'Crystal Spark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre
Terrestre
Messages : 273
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 29
Localisation : Dijon

Feuille de personnage
Talent: As du bouclier
Rang: B
Faction: Earth
Dim 5 Fév - 0:43

Alors que je me défoule sur le chancelier, le jeune fermier qui me suit me saute dessus et me plaque au sol, envoyant valdinguer mon casque. Je ne m'attendais pas à une attaque de sa part et encore moins en mode par derrière. J’aurais dû me méfier de lui, mais l’autre clown m’a tellement mis hors de moi que je dois avouer que je n’y est pas pensé. Néanmoins je n’aime pas être dans cette situation, je balance donc ma tête en arrière et lui mettre un coups afin qu’il relâche son étreinte et le repousse avec une ruée bien sentie. Mais comme je ne suis pas tout à fait debout je suis déséquilibré et je m’étale à nouveau. Mais au moins je suis libre de bouger. Par contre je suis encore plus énervé.

Pendant que je me relève, le chancelier arrive devant moi. Son visage est très dur et froid, on dirait une personne différente. Il n’a clairement pas du tout aimé mes petits cadeaux et son discours confirme ma pensée. Il est vrais que je n’aurais peut être pas dû tenter de le faire tomber de la falaise, mais il est tellement lourd comme mec. Mais là ça craint un peu, bon il me raconte sa vie, donc le début du blabla je m’en cogne royalement. Ses décisions qui ont soit disant sauver des vies… laissez moi rire, il sort de son château de temps en temps ce bouffon? Quelqu’un lui a dit que son peuple était à moitié mort de faim et de froid pendant qu’il se gave bien au chaud dans son palace. Bref, le vrai problème arrive au moment où il demande au grand de me prendre mon équipement, et de me ligoter!!! Pire il veut me condamner. Je crois que je suis… comment dire… DANS LA MERDE!!!

Si il croit qu’il va m’avoir comme ça, il peut toujours courir. Je réfléchis vite fait et entrevoit trois solutions:

La première:
      Lui faire mes excuses, déposer mon arme en comptant sur sa “magnanimité” pour qu’il me pardonne, et éventuellement qu’il lève la condamnation. Petit souci de cette idée, je risque quand même la prison s'il n’accepte pas mon mea-culpa. De plus il est tout à fait hors de question que je m’écrase devant lui, dirigeant ou pas, pour moi c’est pareil.

Seconde solution:
      Le combat. Bon là il n’y a pas à tortiller du cul, le gamin c’est sans grands problèmes que je devrais pouvoir le gérer surtout qu’il n’a plus l’effet de surprise, le grand steak par contre, mes chance de le vaincre sont comprises entre basse et pas vraiment très haute, sans compter que je l’ai totalement envoyer se faire voir au début de cette histoire. Et si les deux rappliquent en même temps alors là c’est même pas la peine, le résultat sera, ligotage, tribunal et prison avec une bonne probabilité de décès immédiat.

Et j’en viens à la troisième solution:
La fuite, pure et simple. Alors, oui, ça craint aussi car je passe directement en mode hors-la-loi et serais surement recherché pour agression, tentative de meurtre, désertion et comme c’est une mission officiel et que l’agresser n’est ni plus ni moins que le chef des terrestres on peut rajouter haute trahison. Ce qui me place immédiatement comme ennemi public n°1. Quel perspective réjouissante.

Après réflexion, il s’avère que je n’ai pas le choix, je dois fuir. De toutes mes idées c’est la seul qui me parait la moins risquée et puis des gardes, ça peut se taper. Je me relève donc, prend mon bouclier tout en surveillant les deux combattant avec mon regard mauvais et commence à reculer. Mais à ma grande surprise le grand refuse de m'attaquer et pire il me défend en disant que si il me ligote je suis mort. C’est gentil, de sa part mais je garde mon idée de base et je me barre. En plus comme ça je ne devrais plus me les coltiner et j’aurais enfin la paix et puis j’ai plus de chance de mourir avec eux que seul. Laisse tomber rien ne me fera changer d’avis… ou pas.

Deuxième surprise de la journée. Bon dieu, ce groupe est étonnant, surtout que je ne pensais pas que la grande à la crinière bleue s’en mêlerais. Malgré le froid et sa fatigue apparente, et se place entre le chancelier et moi. Elle s’imagine peut être que je vais lui envoyer mon bouclier dans les dents. Ce n’est certes pas l’envie qui m’en manque mais j’envisage plutôt de mettre le plus de distance entre lui et moi.
Et tout a coups, elle se met à parler. Avec une voix douce mais emplie d’émotions et de tristesse, le tout saupoudré de difficultés à s’exprimer clairement. Elle demande au chancelier d'abandonner les charges contre moi et… me demande de rester?? Là, la surprise est complète, et son discours tellement juste et inattendu que j’en suis sur le cul. Je la regarde avec de grand yeux, il n’y a plus une once de colère sur mon visage, uniquement de l’étonnement. A la fin de sa tirade elle se présente et s’approche de moi en me tendant la patte. Je la regarde pendant quelques secondes, complètement abasourdi. Y’a pas, elle envoie du pâté. C’est rare quand on me sèche comme ça, sauf ces derniers temps. Elle me rappelle l’autre, quand j’ai été au champignons, qui m'avait cloué le bec aussi, rien qu’avec une phrase. Pendant ce laps de temps j’alterne rapidement mon regard entre sa patte et son visage puis je me secoue la tête comme pour reprendre mes esprits, récupérant par la même occasion mon faciès habituel.

Je range mon bouclier puis vais récupérer mon casque qui est toujours par terre. Je ne lui touche pas le sabot car c’est une chose que je ne parviens pas a faire quoi qu’il arrive. Une fois ma chapelle de fer remise sur ma tête je lui dit sans la regarder et sur mon ton habituel:

“C’est bon ma belle, t’a gagné, j’vais pas m’barrer, même si c’est pas l’envie qui m’en manque.”

Puis je me retourne, me dirige vers elle et continue:

“Sans déc’, c’est toi qui d’vrais être chancelier, t’a plus de charisme et d’autorité que ce clown.” et j’ajoute à voix basse uniquement pour elle lorsque je suis à sa hauteur, “ Darklight, c’est ça mon nom. Et tu devrais p't'être t'rajouter un couverture et t’alléger un peu si tu veux pas crever sur place, parc'que là on dirait qu'tu vas tomber.”
Evidemment, vu la situation sur la voix dans mon cerveau se joint à la fête:
*Mon dieu!! What the Fuck?! Tu as dit ton nom?? C’est la première fois depuis super longtemps. Et encore plus surprenant tu fais ce qu’elle te demande?? Cette demoiselle ne te laisse pas indifférent n’est-ce pas. C’est vrais qu’elle dégage un truc qui arrache et je….*
“Tu ferme ta mouille”,
lui répondis-je en murmurant entre mes dents sur un ton blasé.

Je m’apprête à retourner à ma place dans le groupe quand soudain je m’arrête et me tourne en direction du fermier.

“Gamin, lève toi, tu passe devant, je reste à l’arrière.”

Il est clairement hors de question que ce mioche reste dans mon dos surtout après le coups qu’il vient de me faire. Quand il me passe devant, je l’arrête et lui dit discrètement en le regardant droit dans les yeux avec toute haine du monde dans ma voix pour qu’il comprenne bien:

“T’as du cran, petit. Mais je te préviens si tu m’refais un coups comme ça, j’t’jure que j’t’envois  faire la connaissance de tes ancêtres. Pigé??”

Puis je le laisse continuer son chemin et j'attend que nous repartions.


Dernière édition par Darklight Shield le Dim 5 Fév - 0:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Dim 5 Fév - 0:43

Le membre 'Darklight Shield' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre
Terrestre
Messages : 47
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 21
Localisation : Paris, France

Feuille de personnage
Talent: Ils ne passeront pas
Rang: B
Faction: Earth
Dim 5 Fév - 1:33

Le corps des deux terrestres roulaient sur la neige tandis qu'ils se débattaient, Wild Spirit réussit de justesse à trouver un appuie pour les empêcher tout les deux dans le ravin tout en essayant de maîtriser le mercenaire. Celui ci profita du relâchement pour asséner un puissant coup de tête en arrière au paysan l'éjectant sur le coup, Wild était donc à terre, sonner et à la merci du combattant. Comment pouvait t-il avoir la moindre chance face à quelqu'un qui vit pour le combat ? Comment un cultivateur de patate pouvait espérer égratigner un soldat vétéran ? Aussi résistant soit-il le coup venait de le laisser à la merci du renégat.

C'est alors que le chancelier intervenu , mais ce n'était plus le même poney. Celui ci était froid et impartiale, c'est comme ci le mercenaire venait de réveillé ce que le dirigeant ne voulait montrer. Un homme conscient des enjeux et étant prêt à tout les sacrifices nécessaire pour sauver son peuple.

-Que quelqu'un lui retire son équipement et l'attache. Il continuera cette expédition ligoté comme un saucisson, ou il nous fera démonstration de ses capacités de vol lorsque lâché d'une falaise. Qu'il voit cette "fichue galère" jusqu'au bout.

Quoi ? Non Wild Spirit ne pouvait faire cela, le destituer ça d'accord mais... le lâcher dans le vide ? Le paysan n'avais jamais fais de mal à quelqu'un et savoir qu'il a donner la mort à un terrestre désarmé serait en plus d'être déshonorable, une folie. Même si son crime est très grave il ne mérite pas ça.

Par chance Smart Cookie et les autres refusaient cette ordre.

« - Non » Fit le chasseur. « - Je ne suis pas payé pour ça. Et je ne suis pas Soldat, je n'applique pas la loi : Une objection ? »

"Chancelier, s'il vous plaît, annulez votre ordre. La nature elle-même est un antagoniste suffisamment rude pour ne pas nous diviser, je sais que vous prendrez la bonne décision."

Wild Spirit souffla de soulagement. C'était compréhensible qu'il ai "péter les boulons" avec le froid et l'instrument du chef mais cela venait de montrer qu'il était psychologiquement instable et que donc on ne pouvait lui faire confiance.

“Gamin, lève toi, tu passe devant, je reste à l’arrière.”

Le terrestre se releva lentement à cause du choc et au moment de passer devant le mercenaire celui s’adressa au fermier avec une haine non dissimulé.

“T’as du cran, petit. Mais je te préviens si tu m’refais un coups comme ça, j’t’jure que j’t’envois faire la connaissance de tes ancêtres. Pigé??”

Le jeune paysan ne lui répondit pas et continua son chemin. Il avait pas réalisé que le "petit" lui avait sauvé la vie en l'empêchant de tomber dans le vide mais après tout il ne fallait pas trop en demandé à un tueur comme lui. Ce n'était rien de plus qu'un homme violent n'ayant aucun respect pour les autres, seulement pour lui et sa bourse.

Du moins Wild en était désormais persuadé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Dim 5 Fév - 1:33

Le membre 'Wild Spirit' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre spe 0PU
Terrestre spe 0PU
Messages : 16
Date d'inscription : 31/10/2016
Age : 32
Dim 5 Fév - 3:12

Pour un noble comme Pudding Head, la suite des évènements aurait dû couler de source. Ses camarades auraient dû se saisir de l'ignoble individu ayant attenté et sa vie et ils auraient par la suite pu continuer leurs routes avec ce fou dangereux rendu inoffensif. Le Chancelier ordonnait et les autres réagissaient, c'étaient là l'ordre naturelle des choses, la signification même de sa fonction.
Hélas, à sa grande surprise, il se passa très exactement le contraire. En fait, il n'aurait su dire ce qui était le pire. Que le grand costaud se permette de l'envoyer sur les roses comme si son autorité n'avait guère plus de valeur que celle d'un parent enquiquinant. Que la demoiselle s'interpose en l'implorant d'annuler l'ordre odieux qui consistait à ligoter le meurtrier potentiel. Que le fou furieux en question ne s'excuse même pas et "concède" au contraire à rester comme s'il leur faisait à tous une faveur. Ou que même Smart Cookie n'exprime pas plus de soutien envers son souverain qu'un biscuit rongé par l'humidité.
Fichtre, le monde était-il tombé sur la tête maintenant qu'il avait perdu son précieux couvre-chef ? C'était là la seule explication rationnelle à cette succession d'évènements aux yeux du leader des terrestres. Beaucoup le disaient fou, inconscient, pourtant même lui peinait à percevoir le sens derrière ces réactions. Auraient-ils tous oublier à qu'ils s'adressaient à un noble qui, d'un mot, pouvait lâcher des légions armées ? Ou les faire égorger sur la place publique sans que personne ne trouve rien à y redire ? Aussi pénible soit-il, il n’en était pas moins un des trois individus les plus influents de tout ce fichu continent ! Il avait été plus que généreux en offrant un procès juste à celui qui avait tenté d'attenter à ces jours et voilà que tous ces rufians agissaient comme si le Chancelier était le vilain dans cette histoire ! Que diable était cette logique paysanne à laquelle même son esprit brillant ne comprenait goutte ?! N’envisageaient-ils donc pas les conséquences futures que pourraient avoir une insubordination aussi absurde sur leur future et celles de leurs familles ? Sans parler du fait que, aussi mal utilisée soit-elle, l’unique carte se trouvait entre les mains de celui auquel ils s’opposaient tous comme si c’était un comportement tout à fait acceptable.

« - Non. Je ne suis pas payé pour ça. Et je ne suis pas Soldat, je n'applique pas la loi : Une objection ? »

Le chancelier cligna plusieurs fois des yeux en direction du colosse, comme s’il essayait de comprendre l’ensemble de ces mots. Guère impressionné par la possibilité que cet imposant chasseur puisse à son tour tenter de lui briser le coup, il était avant tout médusé par ses propos. Il semblait éprouver quelques difficultés avec le concept de mercenariat ou la relation avec l’employeur.

-Plusieurs en fait. A dire vrai, que vous soyez soldat ou non ne vous dispense pas d'obéir aux lois. C'est à dire moi. Et d'ailleurs, puisque JE paie cette expédition, et par extension vous... Si, vous êtes payé précisément pour ça. Pour vous mettre en danger. Pourquoi pensez-vous êtes là ? Pour avoir l'air costaud et menaçant devant la neige ? Pour servir de pare à vent ? Vous êtes très talentueux pour cette dernière tâche, je vous l'accorde. Quant au poids, considérant que nous transportions une charrette récemment et votre stature massive, je doute que cela ralentisse beaucoup plus notre allure qu’une tentative de meurtre tous les dix mètres ! L’embuscade actuelle, c’est lui !

Pourquoi diable s’encombrerait-il de tous ces poneys s’ils n’étaient concernés que par leur propre survie ?! La nature même de leur collaboration, et la raison pour laquelle tant d’individus costauds avaient été désignés, était justement de se battre face aux menaces. Une menace qui s’avérait ici être un membre du groupe. Si chacun ne s’occupait que de ses propres fesses, avancer en groupe n’était qu’une perte de temps et il eut été plus facile de progresser en solitaire. De la bourse de qui pensaient-ils que leur récompense viendrait à la fin de cette aventure ? Si le Chancelier le désirait, ou s’il trépassait, ils pourraient tous s’asseoir sur leur paie. Et si par malheur une mutinerie venait mettre fin à ses jours, un autre noble aurait tôt fait de les accuser et de les punir en conséquence.
C’est maintenant vers la selludite que se tourna le mécontentement du Chancelier. Elle était plus raisonnable que les autres dans son approche mais n’en était pas moins insolente si elle pensait plus à même que lui de prendre les décisions appropriées.

-Vous avez raison. Qui suis-je pour juger de la marche à suivre. Ce n'est pas comme si je gouvernais un pays.... Oh mais si en fait. Tous les jours d'ailleurs. C'est pour ça qu'on m'appelle Chancelier. Amusant comme cela fonctionne.

Elle suppliait même ce forban assassin de rester ! Comme s’il avait été un héros dont la conduite exemplaire avait été entaché par un noble véreux plutôt que l’individu désagréable et instable qui avait donné le premier coup dans cet échange. C’était à n’y plus rien comprendre, quand ce mercenaire armé d’un bouclier s’était-il attiré une telle sympathie de la part de tous les membres de l’équipe ?

-Suis-je donc si déraisonnable de demander l’immobilisation de celui ayant verbalement et physiquement exprimé son désir de me voir mort ? Si la nature est une antagoniste féroce, au moins le blizzard ne menace pas de tordre le cou de tous ceux qu’il n’apprécie pas. Et je ne voyage pas avec. Enfin si, mais pas volontairement.
Clairement, ligoter un individu m’ayant menacé de mort n'est que pure folie. Je ne puis imaginer comment laisser le meurtrier instable libre de ses mouvements pourrait représenter une quelconque menace pour notre survie.


Hélas, aussi paradoxale que celui puisse paraître, Pudding avait l’impression de la raison ne serait pas partagée par tous les membres de l’équipe. Seul et sans ses soldats, il ne pouvait pas faire autre chose que maudire leur stupidité. Bien entendu, il savait qu’il prenait le risque d’être destituer par ces mercenaires, mais il savait aussi que sa mort signifierait aussi probablement la leur.
En résumé, le Chancelier boudait. Ils tenaient à protéger la liberté de mouvement d’un individu dangereux… Qu’il en soit ainsi ! Un bon monarque savait prêter l’oreille aux demandes de ses sujets ! Mais ils devraient vivre avec les conséquences de cette mutinerie.

-Et bien soit. Puisque vous tenez tant à défendre sa liberté, je vous accorde ce vœu, mais ne rétracte pas ma sentence. Soyez donc ses gardes fous. Considérez-vous désormais comme responsables de sa conduite. Il va sans dire que vous partagerez sa culpabilité si d’avenir quelque chose arrivait à nouveau. Des objections ? Dommage !

Mais tandis que le Chancelier annonçait son jugement, une silhouette apparue au loin, lui arrachant un lever de sourcil


/Dixieme réussite !/


Dernière édition par Chancelor Puddinghead pnj le Dim 5 Fév - 3:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Dim 5 Fév - 3:12

Le membre 'Chancelor Puddinghead pnj' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre
Terrestre
Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 27
Dim 5 Fév - 14:46

C'était raisonnable.
Pas positif, bien sur, ni heureux, ou optimal. Mais c'était raisonnable : Le pire aurait été que le Chancelier les accable tous subitement d'une épée de Damoclès. Mais visiblement, Puddinghead s'était heureusement contenté d'exprimer lourdement son mécontentement : Smart Cookie s'était elle aussi sentie passablement lésé par la désobéissance presque réflexe du reste du groupe. Malheureusement, son esprit ne cessait de lui renvoyer des images de son corps brisé balancé en contrebas de la falaise : Elle avait perdu quelque couleurs quand le mystérieux chasseur l'avait dépassé : Elle avait cru autre chose lorsqu'il s'avançait vers elle. Et avait même craint pour le chancelier. Il s'avérait cependant que ce Terrestre était bien plus sensible que son visage ne le laissait deviner : le ton de la voix de For'Other était gonflé d'une certaine...crainte. Qui, au fond, devait être justifié, mais paraissait bien incongrue ici.

Heureusement, la manière dont s'agaçait le Chancelier laissait à penser qu'il oublierait bien vite ses menaces de par sa nature volatile. Enfin, sauf si Darklight recommençait…
La Conseillère retint ses mots en sentant que la situation se calmait, de manière désagréable, certes. Mais bien réelle. Souvent, se taire finissait par noyer le poisson. Pas très agréable, mais c’était pas le but.
Elle avait la tête gorge de texte de lois et de raisonnement, et avait au moins autant de raisons de reprendre presque chacun d'eux. Du Chasseur qui faisait trop de scrupules, et du Mercenaire, qui s'avérait franchement puéril et mythomane, et même jusqu'au Chancelier. Qui exagérait : Enfin, peut-être pas... Le Chancelier ne connaissait peut-être pas autant ces gens qu'elle : le Mercenaire à des grands mots en bouche, mais ses menaces de morts ne sont que des insultes...

Elle grimaça en entendant le Chancelier punir l'insubordination de certains. Et se sentie suer malgré le froid quand Puddinghead grondât longuement le chasseur. Dont le simple diamètre lui cachait son visage.  
On ne déconnait pas avec le couvre-chef du Chancelier. Qui était si heurté qu'il en devenait sarcastique, une attitude qu'elle trouvait rare chez lui : En temps normaux, le Chancelier était juste trop… brut pour simplement COMPRENDRE un sarcasme, alors, le voir en faire usage était étonnant. Habitué à le cotoyer, elle Cookie commençait à reconnaître dans son attitude les traits qu'il avait quand elle lui annonçait qu'un tel projet était irréalisable pour le moment, à mi-chemin entre le déni et le boudin : Ce qui était une bonne chose, vu que ça impliquait peu de conséquence…
Se sentant passablement soulagé, le Chancelier ayant survécu au bafouillement de son autorité sans tourner rouge, et ayant échappé à une mutinerie qui les aurait sûrement tous tués. Elle se frotta les pattes, plus impatiente d'en finir que jamais.

S'avançant, derrière le grand étalon, lui-même derrière le Chancelier, quelque chose tilta dans l'esprit pratique de Cookie : Il était dorénavant dur de faire suivre à ce groupe une quelconque forme de procession raisonnable. Surtout que le Chancelier aimait rester en tête. Mais elle se doutait que For'Other serait ravi d’obéir : Darklight n'avait pas sa place en dernière ligne. Surtout pas, vu qu'il était le  seul bouclier inamovible, ici. Alors que Spark, le Chancelier, ou elle-même y serait bien mieux. De plus, le Mercenaire aurait bien moins d'occasions de s'énerver à nouveau contre le Chancelier si celui-ci était dans son dos plutôt que devant lui.

Bien sur incapable de faire passer un tel ordre, elle appuyât contre le flanc du Chasseur, voulant lui intimer son idée.
Mais il ne se retourna pas.
Elle vit la silhouette à son tour.

« -… Qu'est-ce que… Qu'est ce que c'est ? »
Elle échangeât un regard avec le Chasseur, qui se détournait vers elle. Lui aussi avait quitté du regard le Chancelier pour fixer cette nouvelle présence : Son regard d'habitude si perdu était étrange, frémissant, criant : Je ne sais pas ce que c'est. Répondait-il.
Ça ressemblait à un poney : Mais il leur fallait être rationnel : Pourquoi y aurait-il quelqu'un seul, ici, dans la toundra? Comment survivrait-il ? Pourquoi… Comment ?
Ils devaient descendre de ce fichu chemin avant que cette chose ne les atteigne. Ça ressemblait à un terrestre...

« - Darklight ! Wild Spirit ! Il y a quelque choses, passez devant-nous : laissé reculer Crystal Spark, et protéger le Chancelier ! » Intimât-elle, reculant précipitamment, gêné par la minceur du chemin.


Dernière édition par Smart Cookie le Dim 5 Fév - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre 3 PU
Terrestre 3 PU
Messages : 466
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Dim 5 Fév - 14:47

«- Il lui manque les roues. » Murmurât-il pathétiquement. Entre ses lèvres presque closes.

L'échine du Terrestre se courba et ses yeux fixèrent ses sabots. Il n'aimait pas cette position : Qui l'aimerait ? Dagger n'avait jamais aimé cela : Faire face aux diatribes d'autres. Autrefois, particulièrement au début de sa carrière, cela lui arrivait souvent. Son métier n'était pas vraiment compris : Et il avait de considérable difficulté à s'en justifier. Combien de fois l'avait-on écarter de discussions en prétextant simplement qu'il n'était qu'un sauvage ? Combien de fois l'avait-on décrié comme une brute et un idiot ?
Qu'importe ce qu'on disait : Le temps n’effaçait pas ce genre de douleur, Dagger n'avait jamais été capable de se défendre autrefois, et ce n'était toujours pas le cas aujourd'hui. Il avait simplement pris l'habitude de fuir de telles discussions et ce genre de débats. Ignorant les remarques ou les fuyant comme la peste.

Mais il était là sur le versant d'une montagne, isolé au milieu d'un blizzard. Il n'y avait aucun moyen d’échapper à cela et aucun moyen d'y faire face : Il l'avait mérité, qui plus est… Détournant le visage, gêné et rougissant. L'étalon voulut s'échapper dans sa tête. Mais son esprit décomposé et fragmenté ne contenait aucun refuge pour lui, remplis de souvenir de sa femme ou de la sensation cruelle d'avoir f faim, des dents du Lord contre sa nuque. Serrant jusqu'à qu'il s'étouffe. Fermant les yeux, il fit du surplace, agitant faiblement une patte en un signe de dénégation fragile.

C'est vrai, c'est vrai, il avait été ridicule, il aurait du aider Crystal Spark plutôt que simplement se tenir devant elle, il avait la tête… la tête rempli de dépit à ce moment, Darklight l'avait méprisé juste avant. Il ne voulait pas tant aider… Et la charrette avait eu peu d'avenir. Il y pouvait rien, son allure, il voulait pas tant… Il ne voulait pas… Darklight ne menaçait pas vraiment le Chancelier, non ? Non ?

« - Oui, oui… vous… vous avez raison. » Poursuivit-il. D'un ton bas et presque éteint. Espérant précipiter la fin de ce calvaire.

Hochant lentement la tête, le Terrestre ressentit une profonde honte lorsqu'il fut heureux que le Chancelier engueule Crystal Spark après lui : Il se sentit déglutir, blême devant l'atrocité de son soulagement : C'était si petit que ça l'horrifiait. Il voulait le tuer, bon sang, il voulait étrangler le Chancelier pour cette humiliation comme il avait voulut tuer le Sombrelune quand il se moquait de sa détresse. Anéanti par ces sentiments contradictoires, Dagger garda la tête baissé, mais ses yeux remontèrent, alors que le Chancelier les lézardait d'un sarcasme grinçant : L'étalon observait le visage de Chancelier. Et fut troublé de n'y voir aucune mauvaise foi : Le Chancelier ne mentait pas, pas selon lui. Ou ne semblait pas, du moins. Il pensait ce qu'il disait, il pensait que Darklight était un meurtrier, qu'il était un idiot, et que Spark était pompeuse.  C'est… c'est vrai ? L'était-ce ?

Avait-il tort ? Pourquoi s'était-il mis à cette place ? Il aurait du balancer l'autre connard dans le vide et ne pas répondre, il n'aurait pas eu à supporter le poids de sa propre stupidité. C'est ridicule ! Il détestait ce foutu mercenaire !

-Et bien soit. Puisque vous tenez tant à défendre sa liberté, je vous accorde ce vœu, mais ne rétracte pas ma sentence. Soyez donc ses gardes fous. Considérez-vous désormais comme responsables de sa conduite. Il va sans dire que vous partagerez sa culpabilité si d’avenir quelque chose arrivait à nouveau. Des objections ? Dommage ! 

« - Je… Non...Je...Merci, Chancelier. » Fit-il, la gorge étroite. Balbutiant, encore tout étourdi après la première tirade : Il perdait ses moyens, ainsi jugé. Ce n'était pas… un combat, pas une session de chasse. L'étalon avait toujours eu la langue lourde, des difficulté à simplement parler : Et pire, il se doutait qu'il n'avait rien à dire pour se défendre ici… Ça n'aiderait pas… Ça ne l'aiderait pas...

L'étalon se pétrifiât en remarquant la silhouette au loin, aussitôt, sa patte lesta l'épaule du Chancelier. De crainte que celui-ci ne bondisse de manière insouciante vers cette figure que l'on pouvait prendre pour poney au loin… Pas d'aile, ni de corne… Dans la toundra ? Pourquoi dans la toundra ? Ce n'est pas possible : On ne peut pas y survivre, Dagger lui-même estimait qu'il n'y tiendrait pas, alors que c'était son talent. Il y avait simplement trop peu… de ressource pour survivre. C'est impossible que quelqu'un y vive… Ou il les attendait ? Mais pourquoi ? Un ennemi ? cette chose était forcément un ennemi. Ou un neutre. Une genre d'embuscade… Ou un natif anormal… Pas… Terrestre. Un Terrestre ne peut pas vivre ici, personne ne le peut.Peut-être en étant venu en avance et en ayant patienter ? Mais combien de temps ?

« -C'est pas normal. » Murmurât-il. Il humât l'air… Rien… Absolument rien… Il était loin, certes, mais rien ? Juste… le givre.

Il sentit la patte de Smart Cookie contre son flanc, mais ne parvint pas tout de suite à quitter du regard cette image : Se détournant, il échangea avec elle un regard lourd d'inquiétude : Smart Cookie avait une certaine rapidité pour comprendre les choses : Pas besoin de s'étaler avec elle, il battit le visage de gauche à droite, et soufflât : « -C'est pas un Poney. Je.. Je pense pas. »

Elle comprenait. Et agissait, Dagger répéta l'ordre, espérant y ajouter une forme d'empressement. Agrippant fermement son piolet dans l'une des ses pattes, tirant de l'autre le Chancelier vers lui, le dépassant difficilement :

« - Hey, hey ! Bouclier, devant ! Wild, toi aussi ! Restez derrière, Chancelier, s'il vous plaît, on sait pas ce que c'est… Ça peut être dangereux, s'il vous plait. » Répétat-il, craignant que la Chancelier ne leur échappe d'un de ses bonds gigantesque et insensé pour allez gratifier l'inconnu d'une révérence.

Pressé de quitter ce chemin, ne voulant pas rencontrer cette chose dessus, Dagger s'empressa de s'avancer, trottant. Humant l'air en espérant sentir quelque chose de plus chez cette silhouette : Elle était encore loin… Il voulait arriver au contact. Il galopa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selludite 1PU
Selludite 1PU
Messages : 2075
Date d'inscription : 28/10/2016
Age : 30

Feuille de personnage
Talent: Architecte
Rang: S
Faction: Earth
Dim 5 Fév - 15:29

Je suis Crystal Spark et je viens d'agir de manière totalement stupide par... Juste pour sauver ma peau et par une absurde niaiserie. Je ne sais pas si au final c'est totalement justifiable ou non, mais je sais ce que je ressens quand le chancelier m'accable de tort raisonnable et véridique. La honte me fait presque plus mal que la morsure du froid, j'ai le regard et les oreilles basses quand je reçois ces reproches mérités comme autant de coups de poignard. Mais le pire, enfin presque, c'est de me rendre compte que finalement, l'attitude de ce Dark ne c'est pas le moins du monde amélioré, on aurait presque dit qu'il a fanfaronné au fil de sa victoire quand on la indirectement défendu face à notre leader suprême. Quand tout cela sera fini, je me constituerai prisonnière, peu importe la raison et la forme, j'ai désobéi à un noble, pire à la pointe la plus absolue de la hiérarchie pyramidale de notre nation et s'il oublie moi je ne le pourrai absolument pas.

Mais pourtant, je n'ai pas réellement le temps de me lamenter sur mon manque de clairvoyance ou de sagesse, une forme apparaît au loin. Qu'est-ce donc ? Qui est-ce ? On est déjà certains aux portes de la mort dans ces terres giflées par des vents violents, comment une personne pourrait y survivre seul et sans donner le moins du mal l'impression d'être atteinte par celle-ci... À moins que ce ne soit une impression ? En tout cas, je n'ai pas le temps d'y réfléchir, c'est le branle-bas de combat et alors que le mastodonte de notre groupe qui semble avoir au moins autant que moi avoir était atteint par son manque de sagacité commence à essayer de former un périmètre de défense, je fais ce que j'aurais dû faire juste avant. Je me poste devant le chancelier de tout mon corps pour servir de chair à canon.

Je ne suis pas une combattante, mais je peux au moins servir à prendre les coups à sa place, puisque je ne peux pas faire confiance à moins esprit pour prendre les bonnes décisions, alors je peux au moins agir. Peut-être que chaque coup que j'intercepterai lavera un peu mon péché comme le ferait une auto flagellation. J'ai mal, mais je tiens pourtant debout, il n'est plus question que quoi que ce soit passe maintenant. Frigorifier, je marmonne au milieu de cette neige qui semble presque vouloir notre peau.

"Je suis désolée... "

Je prends en bouche ce qui me semble dans l'immédiat être le plus efficace comme arme dans mon sac, une arme improvisée sous la forme d'un outil sera certainement moins pire que de devoirs y aller à sabot nu... Mais surtout, c'est un réconfort trompeur pour pallier à mon impuissance et un moyen de serrer les dents sur quelque chose pour calmer mon angoisse, ma douleur et cette sensation aiguë de culpabilité qui refuse de me quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 273
Date d'inscription : 16/11/2016
Age : 29
Localisation : Dijon

Feuille de personnage
Talent: As du bouclier
Rang: B
Faction: Earth
Dim 5 Fév - 21:39

Maintenant que je me suis calmé, je peu enfin me permettre de réfléchir de manière plus posée. C’est incroyable comme la situation s'est dégradée à une vitesse folle, il a fallu qu’un seul imbécile pète un boulon pour que tous se retrouve dans la mouise. Oui, je vien de me traiter d’imbécile, tout à fait. Je suis content que les autres m’est protégé du chancelier, surtout de son courroux, mais je n’arrive pas à comprendre vraiment pourquoi. Après tout j’ai vraiment déconner, tenter de le faire tomber, quel idée de génie, si tu veux finir mort ou en taule, y’a pas mieux. En plus ils se sont tous fait engueuler à cause de moi, même la chancelière. Bon, après il faut reconnaître que je ne leur avait rien demandé du tout, c’est eux qui ont agi de leur propre chef, je ne les ai pas influencés. La vraie question que je dois me poser c’est, qu’est-ce que je fais encore ici. D'habitude trahir ou abandonner en cours de mission c’est ce que je fais de mieux, et le plus souvent. Je ne comprend pas vraiment ce que cette fille a bien pu dire de spécial pour me forcer à briser mes habitudes. Mais bon, maintenant je suis doublement bloqué, j’aurais dû mettre les voiles tant que je le pouvais encore. Ajouté à cela que maintenant je vais être surveillé à mort par les autres vu que la moindre erreurs que je fais il prendrons aussi. Non pas que ça me dérange parce que de base je m’en cogne un peu, même complètement, malheureusement cette surveillance accrue risque juste de me porter sur le système.

Je suis perdu dans mes pensées, me posant tout un tas de questions existentiel sur ce qu’il vient de se passer. La situation est très étrange pour moi, c’est la première fois que l’on me soutient, ce qui me donne un sentiment étrange que je ne peux décrire ni expliqué. Je me demande même si je n’ai pas été un peu trop sec avec elle, et les menaces au fermier c’était pas cool non plus. En plus il n’a fait que son job. Et pourquoi je m’inquiète bon dieu, d’où ça m'intéresse les autres, sérieusement, habituellement je m’en bats les steaks.

“Mon cher Darklight, cette mission ne t’réussit vraiment pas.”
*Tu deviens peut-être plus complaisant. Il faut reconnaître que ce n’est pas dans tes coutumes d’attirer l’attention. Tu es plus du genre “je suis pas là, oubliez moi”*
“Et ta connerie? Elle d’vient plus complaisante aussi? ‘Tain j’me sens pas bien là.”
*Oui, ça arrive, ça s’appelle la culpabilité, et si tu continues comme cela elle va finir par devenir ta meilleure amie aussi.*

Alors que je me parle à moi-même j’entends que ça bouge et que ça s'excite devant. Sûrement rien de bien grave, autant les laisser faire. Je vais me faire un peu oublier, ce ne serait pas une mauvaise idée. Je replonge dans mes songes quand j’entends que l’on m’appelle par mon nom d’abord, mais pourquoi je le lui est donné lors de l’inscription, j’aurais dû dire le Bâtard comme toujours, surtout que je ne me présente jamais sauf à ceux que j'estime un minimum, comme la chancelière. Papier officiel qu’elle disait la suivante, nom réel obligatoire. Puis par le doux sobriquet de bouclier, par le géant et que les deux me somme de venir devant. Ils me soûlent, vous voulez pas me laisser me morfondre cinq minutes. Un peu agacé je réponds en me penchant sur le côté pour les voir car le reste du groupe me bouche la vue:

“Quoi!! Qu'est-ce tu veux qu’je foute dev….”

Quand je vois pourquoi tout le monde bouge ma voix se fait plus faible et s'éteint presque a la fin du mot. Qu’est-ce que c’est que cette chose?? Oula, je regrette de plus en plus d’être resté. Hélas, j’ai pas trop le choix là.

Je m’équipe donc de mon arme et c’est parti. Je suis donc le jeune car il m’ouvre un passage jusqu'à l’avant et une fois arrivé je me positionne devant tout le monde, bouclier face à la menace, a moitié essoufflé vu que la montagne à jugé bon de nous faire courir jusqu’au bas de la pente. J’ai même failli me gaufrer un paire de fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrestre
Terrestre
Messages : 47
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 21
Localisation : Paris, France

Feuille de personnage
Talent: Ils ne passeront pas
Rang: B
Faction: Earth
Lun 6 Fév - 17:43

Wild Spirit avait honte autant que les autres, l'action de son coéquipier sur leur chef pesait beaucoup sur le jeune terrestre. Pire encore il avait été incapable d'accomplir l'ordre de Puddinghead, ce dernier se sentait seul et abandonné voir trahis. Wild pouvait le lire dans ses yeux.

Bizarrement il regrettait l'ancien chancelier, celui qui était loufoque et dont les tourments étaient inefficace . Celui qui malgré tout apportait la bonne humeur et l'espoir que tout allait s'arranger, qui ne montrait jamais sa tristesse pour son peuple. Désormais ils faisaient face à un nouveau chancelier, un poney non pas en colère mais malheureux, attristé de voir les siens le traiter comme un moins que rien. Wild Spirit n'aurais jamais voulu être à sa place à ce moment précis, pendant une seconde il craignit qu'il se jette dans le vide. Pour sur, il avait vraiment de la peine.

Voila pourquoi le paysan avait honte de l'avoir abandonné comme les autres, il mériterait d'être banni du village et de mourir seul pour avoir traiter son chef ainsi. Il éprouvait aussi de la haine pour ce mercenaire, c'était lui qui avait causer tout ce foin et qui mettait l'intégrité du groupe en jeu. Mais Wild savait qu'il devait utiliser cette colère pour avancer et se battre contre le froid que contre son coéquipier.

« - Darklight ! Wild Spirit ! Il y a quelque choses, passez devant-nous : laissé reculer Crystal Spark, et protéger le Chancelier ! »

« - Hey, hey ! Bouclier, devant ! Wild, toi aussi ! Restez derrière, Chancelier, s'il vous plaît, on sait pas ce que c'est… Ça peut être dangereux, s'il vous plait. »

-Que...

Sans attendre, le fermier courut se mettre en position, voyant le mercenaire se mettre devant lui pour protéger le groupe Wild se mit à côté de lui sortant son bouclier face au danger en essayant d'imiter le guerrier. La vie du chancelier était la priorité mais le paysan donnera sa vie pour chacun d'entre eux.

Si ils ne mettent pas leurs différents de côté et apprennent à se faire confiance, alors ils mourront et l'hiver engloutira leurs corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 199
Date d'inscription : 05/11/2016
Age : 13
Jeu 9 Fév - 21:27


Des bruits de sabots dans la neige qui se rapprochaient... Vifs et rapides. De grandes volutes de poudreuse étaient soulevé de chaque côté de ses flancs dans son sillage. Ni le vent, ni la neige, ni le froid ne semblaient avoir d'emprise sur lui. Il était aussi frais et vif que le vent et libre malgré cet enfer blanc. Il était massif... Et fonçait à vive allure droit vers eux, traversant la courte distance les ayant séparés. Il allait les atteindre! Sans doute en voulait-il à la vie du chancelier!!

"MECREEEEAAAAAAAAAAAAAANT!!!"

CLUNG!!!

Un violent coup de sabot fut asséner sur le bouclier de Darklight. La force de l'assaillant était extraordinaire et les éléments ne semblaient pas le faire broncher, pas plus que l'impact sur le métal froid. Si la poignée du bouclier de Darlight n'avait pas été recouverte de cuir, il n'aurait même pas pu s'en saisir. De son côté, son assaillant s'acharnait sur lui de toute ses forces. L'empreinte de ses sabots commença même à déformer le métal du précieux bouclier.

"COMMENT OSEZ-VOUS?!!"

Frustré par ce bouclier entre eux, l'adversaire le déborda et le bousculant sur le côté pour le retourner d'un violent coût de flanc. Il se dévoila alors à leurs yeux.


On reconnait sur le poitrail de son armure, les armureries du chevalier Dragmire. Un Terrestre issu d'une famille d'agriculteurs fortunés exploitant les mines de sel proche du territoire Selludite. Il avait choisi de rejoindre l'armée pour défendre son pays et s'était illustré parmi des hauts faits avant d'être anobli chevalier et de retourner diriger son fief. Il était l'un des partisans du Chancelier et était d'une loyauté extrême... Mais aujourd'hui, il avait des allures de fanatique. Le terrestre s'acharnait sur Darklight, ignorant tout bonnement le reste du groupe, renâclant de colère. D'ailleurs, son pseudonyme était l'étalon ébène à crinière de feu... Il était loin de faire honneur à cette description... Etait-ce vraiment lui?

Spoiler:
 

/Vous êtes désormais pris dans un combat ! Le système est le même que d'habitude. Vous pouvez tous frapper le boss en même temps/

Vous ne connaissez pas forcément tous les détails cités sur le pnj, restez cohérents!



Dernière édition par Conteur le Jeu 9 Fév - 21:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Jeu 9 Fév - 21:27

Le membre 'Conteur' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre spe 0PU
Terrestre spe 0PU
Messages : 16
Date d'inscription : 31/10/2016
Age : 32
Sam 11 Fév - 18:42

Quel mystérieux individu que voilà, nimbé d'inconnu et de brouillard. Cette entrée en scène dramatique avait tout pour arracher des réactions à son auditoire, qu'il s'agisse d'excitation ou de crainte. Nul doute que celui à la tête de cette expédition ne tiendrait pas en place. Pourtant, le chancelier restait à l'arrière, les oreilles baissées. Peut-être à cause du froid, sa robe dorée semblait avoir perdue de son éclat et ses cheveux de leur volume. Alors que tous s'agitaient pour "accueillir" l'étranger, le noble semblait trop occupé à réajuster son couvre-chef pour se préoccuper de ce qui pouvait bien être en train d'arriver à l'avant. Pas besoin de le houspiller pour qu'il reste en retrait, il n'avait aucune intention de bondir le premier.

Pudding avait une personnalité faite d'extrêmes. Son enthousiasme quotidien était plus rayonnant que le soleil, cassant les pieds de l'ensemble du gouvernement. C'était grâce à cela qu'il avait su tenir tête aux autres lors des pénibles réunions des trois races. En contrepartie, ses rares déprimes n'en étaient que plus violentes. Et en cet instant précis, il était démoralisé. Maintenant que sa colère indignée précédente était retombée, d'une manière générale, son aura était plus... terne.

Pudding se pensait populaire auprès des siens. Il l'était dans certains cercles, mais ce n'était clairement pas le tas de cette assemblée. Il avait été agressé et humilié et personne ne semblait se préoccuper de ses paroles. A quoi bon être Chancelier si même les ordres les plus simples se heurtaient au mépris du peuple ? Platinium les aurait snobés et Hurricane aurait continué à grogner plus fortement encore. Hélas, une personnalité aussi exacerbée que celle du leader terrestre ne pouvait que réagir fortement lorsqu'il se sentait trahi par ceux-là même pour qui il s'agitait chaque jour. Ses phases sérieuses n'étaient pas faites pour durer et maintenant que son élan de noble-attitude était retombé comme un soufflet, il ne restait qu'une sensation de vide.

Soudain, un grand cri, suivi de près par le bruit caractéristique des sabots s'écrasant lourdement sur le métal. Pudding tourna mollement le museau en direction du tumulte. Derrière sa foule de "protecteurs", il aperçut la silhouette massive d'un grand costaud qu'il lui semblait reconnaître. Si sa mémoire était bonne, il s'agissait d'un brave issu du peuple qu'il avait jadis intronisé au rang de chevalier pour tous ses efforts et services rendus. Sans doute en reconnaissance pour ce geste, il faisait partie des plus fervent défenseur de son gouvernement. Pudding Head aurait dû bondir pour lui saluer, mais il se contenta d'un petit coucou.

-Oh tiens, salut Dragmire....

L'incohérence totale de sa présence en ces lieux gelés lui passait totalement par-dessus la tête, de même que son teint blafard ou son attitude quasi fanatique. Il remarqua cependant que son loyal chevalier était en train de s'exciter sur le bouclier de son assaillant de tantôt. Une vision qui, bien loin de l'inquiéter, lui redonna même un brin de couleur. Il n'allait pas vraiment être chagriné de voir le mercenaire au bouclier se faire malmener après ce qu'il avait fait. Finalement, ce chevalier des glaces semblait le plus enclin à écouter le Chancelier, même si sa réaction était un brin... excessive.

-Oh non. Pas le casse-pudding au bouclier. Quel drame. Olala. A lui.

Si l'entrain et la sincérité avaient un abîme, ce serait dans le ton que venait d'employer PuddingHead. Il pouvait difficilement encourager cette violence de manière ouverte mais il devait admettre en tirer une certaine satisfaction puérile. Comme un enfant qui contemple la brute de la cour de récré en train d'encaisser des baffes. Bien sûr il n'irait pas jusqu'à souhaiter son trépas, mais il n'avait rien contre une petite rouste. Il pensait d'ailleurs qu'il ne s'agissait que de ça : d'une correction pour son insolence que lui infligeait un fidèle serviteur du gouvernement. Quand à ce pauvre Wild Spirit qui avait été envoyé dans le décor par un coup de sabot malheureux.... C'était probablement un incident.

Alors qu'il suivait des yeux la trajectoire de Wild Spirit, le regard du noble se posa sur la poudreuse à ses pieds. Une très mauvaise idée lui traversa l'esprit. Une hésitation. Puis un sabot qui vient attraper de la neige et en fait une boule. Une boule de neige qui vole en direction de Darklight en proie au danger pendant que Pudding Head fait l'innocent.

-C'est pas moi. J'ai rien fais.


Spoiler:
 

/Pour les PV, je rappelle qu'en tant que terrestres, vous avez droit à un PV de plus que ce que votre rang devrait donner. Donc 3 pour rang C, 4 pour rang B etc.../

/Pour ceux qui se demandent, oui, Pudding Head est qu'à moitié dans votre équipe xd/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Sam 11 Fév - 18:42

Le membre 'Chancelor Puddinghead pnj' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre
Terrestre
Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2017
Age : 27
Sam 11 Fév - 20:11

Oh Douce trinité. C'était Dragmire ! De tout ceux qui auraient put les attendre ici, il fallait que ce soit l'un des leurs ?
Cette certitude vacilla quand l'étalon arrivât au contact, propulsant Wild Spirit d'une colossale bourrade avant de s'abattre sur Darklight. Dans une puissante folie débarrassé d'un mors de la raison : Était-ce seulement Dragmire ? Sa crinière n'avait pas la bonne couleur… et… sa peau !

Quelque chose de terriblement anormal avait lieu ici. Que faisait-il ici ? Etait-il perdu dans la toundra ? Comment aurait-il survécu ici ?
Etait-il vivant ? S'entendit-elle penser. Était-ce bien Dragmire qui leur faisait face ici ? Était-ce l'un de plus sincère partisan du Chancelier qui se précipitait ici contre leur expédition ? Il attaquait Darklight à cause de la dispute qui avait eu lieu précédemment ?
L'étalon était bien du genre à ainsi cogner le moindre individu qui menaçait le Chancelier… mais… mais cette violence… C'était de la folie. Transie par quelque chose qui n'était pas le froid. Smart Cookie restait proche du Chancelier ; son sac glissant de ses épaules pour tomber par terre. Elle retirait d'un geste moyennement assuré une Dague, qu'elle vint saisir difficilement entre ses sabots, sentant à peine ses extrémité gelées. Mais le fer brillait fièrement entre ses pattes.

Elle se paralysa un instant alors que le Chancelier dégommait avec une incroyable précision le museau de Dragmire d'une boule de neige. Avec un flegme qui laissait questionner si l'essai était volontaire ou non. Mais malheureusement pas transformer, vu que le chevalier ne relâchait pas son tonnerre de coup. Puddinghead s'était enfoncé jusqu'à la nuque, soit il faisait l'autruche, soit il avait glissé.

Se sachant bien incapable de tirer le mercenaire de se mauvais pas, Cookie se précipita vers le Chancelier et le redressa, pointant avec le plus de sincérité qu'elle pouvait exprimer sa dague vers la menace : Elle n'allait pas se précipiter au combat, mais avait le pressentiment vu la nature de la menace que chaque lame pourrait avoir sa place ici. Mais elle ne pouvait simplement pas accumuler assez de courage pour se précipiter vers cet individu et le poignarder : Elle avait assisté à son adoubement, bon sang ! Dragmire n'était pas une blague, sûrement l'un des meilleurs guerrier du royaume Terrestre ! Heureusement, il ne semblait par armé : Elle ne l'avait jamais vu se battre, mais elle l'avait rencontré, lui avait parlé : Sûrement quelqu'un qu'on pourrait qualifier… de nerveux : Mais galant, aussi. Un chevalier, pas un fou !

Alors qu'elle ramenait le Chancelier contre elle, l'aidant à se redresser sur ce terrain gelée et glissant, elle hurla, essayant d'atteindre quelque chose en ce chevalier, qui semblait posséder par une rage qui n'avait rien de naturel ni de raisonnable.

« - DRAGMIRE ! Arrêtez, arrêtez ! Vous allez le tuez ! » S’écriât-elle, serrant son arme en essayant de trouver une étincelle de conscience chez le chevalier qu'elle avait connu :
«  - Dragmire, écoutez-moi ! C'est Cookie, Smart Cookie ! Vous avez prêtez allégeance à notre Chancelier. Votre Chancelier ! »

Reaching the Soul:
 

Alors que Cookie puise dans son esprit quelque chose d'autre à dire pour atteindre l’âme du pauvre hère. Qui semblait comme couvert de givre, elle frissonna, dépassé par une épaisse forme vrombissante : Le Chasseur.

EDIT: J'suis un gros sac mon jet et foireux et OP, jamais le prendre en example


Dernière édition par Smart Cookie le Dim 12 Fév - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicorne
Alicorne
Messages : 1393
Date d'inscription : 03/04/2016

Feuille de personnage
Talent:
Rang:
Faction:
Sam 11 Fév - 20:11

Le membre 'Smart Cookie' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de réussite' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mylittleequestria.rpg-boards.com
Terrestre 3 PU
Terrestre 3 PU
Messages : 466
Date d'inscription : 19/10/2016
Age : 19

Feuille de personnage
Talent: Survie
Rang: S
Faction: Earth
Sam 11 Fév - 20:59

Costaud, cette armure… un noble… Sent comme le givre.
Ça venait, oh, ça venait… La colère. La peur… L'expression de Dagger changeât du tout au tout, l'expression de l'étalon avait été jusqu'ici difficilement perçu comme autre chose, une forme de tristesse. Ou d'ennui, d'absence. L'étalon n'était jamais là, le regard souvent perd dans la toundra ou de souvenir.

Dagger avait un problème. Il avait toujours eu un problème, depuis qu'il chassait, depuis qu'il avait les pattes dans la forêt. Depuis tout petit, il avait eu ce problème. Cette absence singulière de présence réelle qui contrastait avec sa présence physique. On le lui faisait remarquer à table, ou en sortie : Il n'était pas là. Il semblait penser à autre chose, à un souvenir ou à d'autres projets. Mais cette absence de présence changeait quand il chassait. Quand il était en danger, quand il bougeait dans ces endroits malvenus ou menaçant.
Il était entier, tout simplement.
Quand Dragmire s’enfonçât subitement sous le bouclier de Darklight, Dagger trottait, le visage contracté en une grimace méfiante. L'étalon avait vu volé Wild Spirit, surpris d'une ruade. Et avait vu l'expression de l'inconnu… mais aussi la réaction de ses camarades : Un chevalier, hein ? Adoubé par Puddinghead, peut-être. Mais Dagger fixa surtout l'inconnu, le sentit.

Du givre. De la neige, du vent. Du froid.
C'était pas quelqu'un, c'était quelque chose.

Le Sac de Dagger avait délaissé ses épaules il y avait quelques mètres de cela, alors qu'il laissait les bouclier le dépasser. Durant les quelques foulés qui les avaient séparés. Il avait serré son harnais, fermé son manteau, roulé des épaules, attaché sa capuche. Contre son flanc, la hache, le piolet, et l'habituel cambouis de fer et des plaques parmi le cuir et la fourrure. Son alliance sous les couches de protections et vêtements, l'image soigneusement protégé à l'intérieur.

Ok. Visiblement, il n'avait pas hâte de changer de cible, quoi de mieux, n'est-ce pas ? Cela dit, Darklight était dans une position si désagréable qu'un peu d'air lui ferait sûrement du bien. Cependant, Dagger n'était pas de nature à vouloir jouer la cible. Il se glissât devant Cookie, trottant vers Dragmire alors que se balançait dans sa patte la hache,qui pendait à la lanière de cuir sérrièr autour du poignet du Terrestre. Il ne galopait pas à toute berzingue, mais il y avait dans sa démarche quelque chose… de lourd. D'ostensible. Comme s'il prenait de l'élan, avançant au rythme du mouvement circulaire de l'arme dans sa patte.
Comme s'il s’apprêtait à faire un pas de danse compliqué.

« - Recule. » Murmurat-il simplement, dur de dire à qui, à Cookie ? Ou Dragmire ?
À Darklight ?

Dagger arriva au contact, pas discrètement, mais pas bruyamment non plus. Il n'hurlait pas.
Mais son visage ressemblait à une pierre, l'arme se figeât soudain dans son sabot et parcourut un trajectoire circulaire. Un peu comme si Dagger essayait de… Couper un énorme rondin de bois. Inspirant bruyamment de l'air en fracassant de toute sa force sa hache en travers de la figure de Dragmire. Les lèvres de l'étalon se retroussèrent et ses dents serrés devinrent la seule trace de blanc visible au milieu de sa figure. Prodigieusement contracté, l'épaule semblant gonfler sous les vêtements.

Breaking the body:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Terre Promise - Terrestres - Acte 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La rhétorique de la peur ( Libre )
» La Campagne Fragments de Réalités : "La Terre Promise" (Q2)
» ۞ VERS LA TERRE PROMISE: ESCALE A HURINDAÏ
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Little Equestria :: Equestria :: Event#1 Winter is Coming :: Acte 1 - Le blizzard sans fin-
Sauter vers: