Partagez | 
 

 Les trésors du dragon : Assassin's Creed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dragon
Dragon
Messages : 308
Date d'inscription : 18/02/2017
Age : 27
Ven 24 Mar - 17:37

Bien, je rentre du cinéma, et je ne suis pas content. En effet j'ai vu La Belle et Bête et je dois avouer que c'était bien déce...
"Halte là ! Je ne débarque aucunement pour défendre Disney, mais tu nous avais promis dans un lieu obscur et privé du web, que tu nous livrerais une critique de ce jeu d'Ubisoft ayant lancé et installé une mode au début de la génération de la première génération de console HD."
Merci bien le poney vert brésilien pour... euh, poser de manière pas du tout intrusive ce jeu et son contexte. Mais tu es sûr ? Parce que bon, sinon je peux parler de Samurai Gourmet, la nouvelle série de Netflix sur un petit vieux japonais qui réapprend à vivre à travers la nourriture et...
"Je ne suis pas brésilien ! Et tu avais donné ta parole de dragon ! Malandrin !"
Soit. Je vais donc parler de Assassin's Creed. Et vous, bah, faudra faire quelque chose alors, parce que je suis des plus confus. C'est parti donc.


En même temps, c'est Sasuke qui pose. J'aurai du me méfier...

Assassin's Creed donc, c'est avant tout l'une des franchises les plus denses et les plus fructueuses d'Ubisoft. Bien qu'ils aient un peu levé le pied, il fut un moment où ils en sortaient un, voir deux, par an ! Ce sont presque toujours des mondes ouvertes, des jeux d'action-aventure avec un accent modéré sur la discrétion, dans un contexte de science-fiction... Non. Non ne hurlez pas ainsi, laissez moi dérouler mes arguments jusqu'au bout s'il vous plaît. Quel public casse pied, roh ! De quoi me donner envie de vous griller les fesses tient.
Donc, si, Assassin's Creed, c'est une licence de science fiction dans un cadre historique. Je ne vais pas parler de Desmond, car toute son histoire n'a, je trouve, aucun intérêt particulier à part briser le rythme du jeu, et de ce qui nous intéresse vraiment. Cependant, au sein même du plat principal, c'est à dire, du moment où on se trouve au moyen âge, dans la peau d'Altaïr (que j'appelle affectueusement "le gros con"), on retrouve dés ce premier épisode des éléments de science-fiction avec la pomme d'Eden, un artefact que l'on apprendra dans un épisode ultérieur, être issu d'une technologie ancienne, voir, extra-terrestre. Ca nous paraît magique sur le moment bien entendu, mais en vérité, c'est juste que l'on ne comprend pas comment fonctionne cet objet, comme chez Lovecraft. C'est donc quelque chose d'original, que j'ai apprécié pour ma part.


La Pomme d'Eden... Moui, j'en voudrai pas dans ma grotte, ça ressemble à rien.

Je vous sens toujours mécontent, surtout que vos fourches me gratte mes écailles. Vous êtes terribles les fans dis donc. Vous ne seriez pas un poil extrémiste des fois ? Doit on saisir le GIGN ou les forces spéciales de Célestia ? Hum ? Vous voulez que je vous parle du gros con ? Bien sûr.
Altaïr est une parodie de personnage : le personnage tellement imbu de lui même que son supérieur (ça peut être un maître, un père, une quelconque figure d'autorité) le dégrade au rang le plus bas afin qu'il doive tout recommencer, alors qu'auparavant, il était au rang le plus haut. Il doit donc de nouveau prouver sa valeur. Dans un jeu vidéo, c'est quelque chose pouvant être très intéressant, car ça permet de justifier naturellement dés le départ pourquoi le héros est plus capable que les autres hormis le fait qu'il soit contrôler par le joueur. C'est quelque chose qui est important pour moi je pense, car bien que ce ne soit pas obligatoire, c'est toujours plaisant quand il y a une bonne justification. Comme par exemple dans GTA 4 où on nous explique que Niko Bellic a fait la guerre. Il est donc naturel qu'il soit capable de mener haut la main des affrontements difficile. Les PNJ d'ailleurs, réagissent à ce talent macabre, ce qui renforce le fait que Niko est hors norme.


Parfois, il est même demandé par des Scarlett Johansson. C'est un coquinou le Niko.

Altaïr est un peu de la même trempe, sauf que comme Thor dans son film éponyme, cela la rendu orgueilleux et le pousse à bafouer le crédo des assassins. Si ce n'était pas des trucs très importants, on pourrait avoir un peu d'empathie pour le personnage. Mais quand ça le pousse à tuer un innocent (alors qu'il peut très bien l'assommer s'il gêne), à crier bien fort à l'ennemi qu'il est là avant de partir l'affronter de face (face à des hommes en armure lourde, c'est complètement con) et à abandonner ses frères d'armes... Bon sang ! Que je déteste ce personnage ! Thor, qui est un peu dans la même situation, lui au moins, dans son film, il reste attachant. Il est orgueilleux, mais il en devient ridicule, donc amusant, donc appréciable. De plus, le fils d'Odin se remet en question. Altaïr, lui, ne se remet pas en question, du moins, pas tout de suite. Son respect du credo semble bien augmenter au fil du temps, mais sans que l'on comprenne réellement pourquoi. On sait juste qu'il s'est assagi a force de rencontrer et de tuer ses victimes et c'est tout. Le summum de ce parcours est atteint lorsqu'il laisse partir la doublure sans l'assassiner, car après tout, elle n'est qu'un pion parmi les autres.
Chose qu'il ne reproduira pas ensuite quand il liquide sans discontinu des dizaines de gardes ne faisant que leur travail... mais bon. Pourquoi pas. C'était tout de même mieux fait dans Thor.


Oh oui... Qu'il est très bien fait...
Quoi ? On a pas le droit d'aimer les chevelures flamboyantes ?

L'univers est très bien travaillé. Il semble que les villes aient été travaillé pour être reproduite le plus fidèlement possible à l'époque, mais malgré mes études en Histoire ainsi qu'un certains goût pour cette science humaine, je n'ai pas su apprécier cet effort. Peut être parce que du coup, à part les monuments, la ville me semblait très vide d'intérêt et que j'avais l'impression de manquer de repères. Alors oui, de temps à autre, il y a bien des lieux que l'on finit par connaître et reconnaître lorsque l'on passe à côté, mais par comparaison avec Bully, de Rockstar, on peut passer de longues minutes dans les rues, ou sur les toits, à se demander un peu où on est. Voyez vous, dans les monde ouvert, il faut remplir l'espace. Pour cela, il y a différentes méthodes :
-En passant par le Gameplay, c'est à dire, avec des missions optionnels, des quêtes annexes, voir (mais c'est le niveau 0) les fetch quest. Une fetch quest, c'est quand on vous fait comprendre qu'il y X élément à récupéré. Ubisoft adore les fetch quest, ils ont tendance à en mettre dans tout leur monde ouvert, comme Rockstar. Sauf que, par exemple, dans Far Cry 2, la fetch quest était des plus intéressante, bien plus que dans Assassin's Creed. En effet, il fallait trouver des mallettes contenant des diamants. Dans Far Cry 2, les diamants sont très important, puisqu'il s'agit de la seule ressource du jeu, nous permettant d'acheter arme et amélioration. De plus, ces mallettes sont réparti de manière à nous faire profiter du pays que l'on parcours, par exemple, au bout d'un chemin un peu sombre, en haut d'une cascade, au centre d'un lac, perdu en dessous d'un pont ou au milieu de taudis éventrés et submergés.
Dans Assassin's Creed, ce sont des drapeaux. Parfois, ils sont disposé dans des lieux intéressant (c'est le cas dans la zone du Royaume), mais trop souvent, ils ont juste perdu sur une poutre aléatoire entre deux maisons lambdas. Comme ces drapeaux sont inutiles, on a pas envie de les chercher.


"Bon les gars, on doit mettre des drapeaux, alors vous m'en foutez quatre ou cinq par ci par là...
-Boss ? On pourrait pas les mettre dans des coins plus intéressant ? Genre dans des beaux endroits qui donnent envie d'explorer ?
-Bob, vous êtes viré."

De plus, les missions facultatives ne le sont pas vraiment, enfin, jusqu'à un certains point. En effet, avant de pouvoir frapper notre véritable cible, il faudra enquêter sur elle. Chaque parcelle de l'enquête représente une petite tâche, et au bout d'un certain nombre, on peut tout simplement passer directement à l'assassinat, même si l'enquête n'est pas complète. Je pourrai discuter sur la pertinence des informations récoltées, mais il s'agit là d'un élément beaucoup trop subjectif pour être critiqué. J'ai apprécié et grandement déprécié certaines, surtout vers la fin du jeu. Cependant, elles n'ont pas toutes le même intérêt. Certaines auraient pu être mené autrement par exemple (les écoutes) certaines sont ridicules (le vol à l'arraché, les interrogatoires) et parfois, on a des moments intéressant, car demandé par d'autres confrères assassin. Mais là encore, parfois, ça devient ridicule, comme le bonhomme qui nous demande de faire une course de vitesse pour prouver qu'on est bien Altaïr, l'homme que tout le monde a réprouvé y'a pas une semaine.

-On peut aussi remplir un monde ouvert par son background, un univers marquant, des personnages facilement visible et reconnaissable...
Quelque chose que faisait très bien Bully là aussi. Si ce jeu était très court pour un monde ouvert, on peut néanmoins le laisser pour quelques années, y revenir, et se sentir tout de même en terrain connu sans problème. La cachette des bourgeois est à la plage. Celle des geeks, dans les petites rues, là où on vend des JDR et etc...
Dans Assassin's Creed, c'est un peu plus compliqué. Certains lieux finissent par devenir connu, mais il reste beaucoup de rues et de recoins purement anecdotiques, des rues qui se ressemblent, des jardins avec deux vieux assoupis à chaque fois sur un banc. On nous distingue souvent les quartiers selon leur niveau de richesse ou d'autres attributs qui ne sont pas évident. Sachant qu'il y a eu le choix de réduire le volume du Royaume afin de ne pas passer quatre heures à chevaucher entre les villes, pourquoi est ce que ces mêmes villes n'ont pas été réduite en taille ? De plus, on connait bien quelques têtes, mais hélas, même nos trois contacts dans chacune des villes manquent terriblement de profondeurs. Alors même que j'ai rejoué au jeu récemment pour pouvoir écrire cette article, je ne suis pas capable de les nommer, mais de les surnommer : Il y a le rancunier, le lèche-botte et le sage posé. Voilà. Et bien entendu, il y a le chef des Assassin : le vieux de la montagne, Al Mualim aka "Le mec que tu devine être un gros traître si tu connais le culte des Haschichiens".

Bien entendu, Assassin's Creed, ce n'est pas qu'un univers, c'est surtout un gameplay. Lors de sa sortie, en effet, il était très révolutionnaire : une aussi grande liberté de mouvement aussi facile d'accès, des combats qui nous donnait l'impression d'être classe, une lame secrète permettant de tuer instantanément des ennemis pas trop méfiant...
Oui c'était révolutionnaire.
Et puis Assassin's Creed 2 est sorti et rapidement, on se rend compte à quel point Assassin's Creed est une ébauche au niveau du gameplay. Que ce soit au niveau du système de mission annexe, que ce soit les possibilités au niveau du combat, des types d'ennemis, de la grimpette ou des possibilités furtives, tout semble n'être qu'une ébauche ! Un prototype de ce que sera petit à petit les futurs titres d'Ubisoft. Certes, entre Assassin's Creed 2 et le 3, il y aura aussi de multiples changements, mais ils seront beaucoup plus subtiles. Entre le 2 et le 3, c'est du paufinage et des changements liés au contexte. Entre le premier et le second, c'est un gouffre tellement les choses sont complétés et améliorés.
Ezio, alors qu'il débute, semble en effet bien plus agile et débrouillard que le lourd et pataud Altaïr.


Et puis, dés que l'on arrive dans les Caraïbes, ça devient de la danse. Et c'est chouette. Si.

Et si seulement ce sentiment d'ébauche était seulement au niveau du gameplay, mais en fait, tout semble être encore en chantier. Les phases de dialogues sont rigides et casse complètement le rythme, surtout avec un personnage que l'on ne supporte que très difficilement. Ezio est un jeune italien assez stéréotypé lui aussi, mais dans un rôle beaucoup plus simple à supporter, que je trouve moi même sympathique. Il cherche à se venger au début, quitte à faire des abus, mais il apprend et se reprend rapidement. Il ne traite pas sa famille comme de la merde, bien au contraire, il l'aime et ne souhaite que la défendre. Il est toujours sympathique envers ses alliés, bien que très charmeur envers les dames mais à un degré acceptable. Et quand il évolue, c'est avec un cheminement que l'on comprend et que l'on perçoit plus clairement. Je dirai même que ce personnage est plus fort qu'Altaïr, car il semble avoir un passé beaucoup plus traumatisant (Non. Je vous vois venir. Vous allez très certainement me dire qu'il faut lire tel ou tel bouquin pour mieux comprendre le personnage, mais non, là, je parle du jeu. Si le jeu ne me donne pas les éléments nécessaire à la compréhension du personnage, je ne suis pas sensé débourser une dizaine d'euros supplémentaire pour accéder à la connaissance nécessaire), que l'on vit en plus à travers ses yeux. Dans ce premier épisode, il n'y a rien qui nous est donné pour ressentir de l'empathie pour le personnage. On ne sait rien sur Altaïr et on apprend rien sur le monsieur. En fait, Ubisoft a même gardé quelques révélations sous le pied pour des épisodes futurs, ce qui casse définitivement le personnage. En fait, je pense même que si on revient sur Altaïr pendant la saga d'Ezio, c'est à cause de cet erreur. Et si c'était voulu, et bien, c'est une belle idée bien moisie, sans aucun doute.

Non hélas, c'est pour ça que j'ai un peu du mal à parler de Assassin's Creed premier du nom, parce que l'on est encore tellement dans les balbutiements de la saga, dans une sorte de prototype avant le produit final, qu'une fois parcouru une fois, on l'abandonne dans un coin et on y revient plus jamais. De toute manière, vu le peu d'évènements importants et marquants dans ce jeu, ce n'est pas plus mal.


Et la prochaine fois, puisque c'est comme ça, je parlerai d'un autre jeu horrifique. Ah mais oh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les trésors du dragon : Assassin's Creed
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Assassin's creed, ou fiche technique d'un modeste pirate.
» Assassin's Creed
» Les conspirations d'Ordec
» Elrohir Ar-Feniel. [Rôdeur]
» Boutique Staff D'Elise Rover

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
My Little Equestria :: Flood-
Sauter vers: